Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Renouvellement du glyphosate : "On va pouvoir continuer à travailler dans des bonnes conditions" (FDSEA)

lundi 27 novembre 2017 à 19:57 Par Charlotte Lalanne-Labeyrie et Delphine Martin, France Bleu Auxerre

Cinq ans de sursis pour le glyphosate, les 28 états membres de l'Union européenne ont tranché pour le renouvellement de l'autorisation de cet herbicide controversé. Une décision saluée par la FDSEA de l'Yonne, pour qui il n'existe aucune alternative.

Le glyphosate sera autorisé pendant au moins 5 ans encore dans l'Union européenne
Le glyphosate sera autorisé pendant au moins 5 ans encore dans l'Union européenne © Maxppp -

C'est une victoire pour les partisans du glyphosate. L'Union européenne a voté lundi en faveur d'une nouvelle autorisation de cinq ans de cet herbicide controversé, classé "cancérogène probable" par l'Organisation Mondiale de la Santé.

Dix huit pays ont voté en faveur de ce renouvellement, neuf contre, notamment la France.

Mais cette décision est une bonne nouvelle, juge le président de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles de l'Yonne, Damien Brayotel, lui-même agriculteur : "Cela va nous permettre de continuer à travailler dans de bonnes conditions, pour essayer de trouver des solutions qu'on n'a pas aujourd'hui" estime-t-il.

"Si le glyphosate avait été supprimé, on aurait été dans une impasse" - Damien Brayotel

Car la FDSEA n'en démord pas : aujourd'hui il n'y a aucune alternative au glyphosate. "Même Nicolas Hulot a reconnu qu'il y avait besoin au moins d'une phase de transition avant de supprimer ce produit", argue Damien Brayotel.

Le gouvernement dit pourtant "regretter" la décision de l'Union européenne. Le président de la République, Emmanuel Macron, a demandé au gouvernement de "prendre les dispositions nécessaires pour que l’utilisation du glyphosate soit interdite en France dès que des alternatives auront été trouvées, et au plus tard dans 3 ans".

En attendant, les agriculteurs ont un délai pour préparer "l'après-glyphosate". Mais pour y arriver, il faudra des aides de l'État, insiste Damien Brayotel : "On a besoin de recherche, d'innovation, que l'Etat nous accompagne dans des essais pour réduire voire supprimer à terme l'utilisation de ce produit."

Il restera néanmoins une difficulté, juge-t-il : "Si on nous enlève ce produit là, il ne sera pas supprimé dans d'autres pays qui l'utilisent dans des quantités bien plus importantes, cela va créer une distorsion de concurrence."

"On a besoin de recherche et d'innovation pour supprimer le glyphosate" - Damien Brayotel