Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Dans la Somme, on imagine la rénovation énergétique du futur : "Une technique pour rénover énormément de bâtiments"

lundi 23 juillet 2018 à 10:18 Par Clément Lacaton, France Bleu Picardie

Rénover des HLM des années 60 pour en faire des bâtiments à "énergie zéro", qui produisent autant qu'ils consomment : c'est le défi relevé à Longueau (80) sur 12 pavillons considérés comme des "passoires énergétiques". Ce chantier est le deuxième du genre en France.

Travaux de rénovation énergétique dans des logements des années 60, à Longueau (80), fin juin 2018.
Travaux de rénovation énergétique dans des logements des années 60, à Longueau (80), fin juin 2018. © Radio France - Clément Lacaton

Longueau, France

L'image est parlante : celle de la passoire. Des milliers de bâtiments, souvent anciens, sont de vraies "passoires énergétiques" : l'air (chaud comme froid) fuit de partout, de la cave au plafond. Impossible de boucher tous les trous, mieux vaut tout reconstruire, ou alors tout isoler, ce qui est très long et coûteux.

Un chantier est en train de prouver le contraire rue du Maréchal Joffre, à Longueau (80) : 12 logements sociaux bénéficient d'un projet européen novateur, sans doute l'avenir de la rénovation énergétique en France.

Des façades préfabriquées de 30 cm d'épaisseur

Travaux de rénovation énergétique dans des logements des années 60, à Longueau (80), fin juin 2018. - Radio France
Travaux de rénovation énergétique dans des logements des années 60, à Longueau (80), fin juin 2018. © Radio France - Clément Lacaton

Une façade préfabriquée, soulevée par une grue, est installée en quelques minutes contre le vieux mur d'un pavillon, pour retenir la chaleur l'hiver et la fraîcheur l'été. Comme une maison en kit, les façades arrivent toutes faites, sur mesure, détaille Christine Richard, directeur général d'ICF Habitat Nord-Est : "Ce sont des façades très bien isolées, avec 30 centimètres d'épaisseur. Sur la toiture on pose des panneaux photovoltaïques, pour produire de l'électricité qui est revendue, ce qui permet au projet d'arriver à cet équilibre." Tout ça en quelques semaines de travaux seulement...

Il faut vraiment que tout le monde s'y mette, qu'on trouve les bonnes solutions et c'est avec ce genre de démonstration qu'on va y arriver." - Michèle Pappalardo, directrice de cabinet au ministère de la Transition écologique. 

Le bras droit de Nicolas Hulot ne pouvait pas rater ça. Michèle Pappalardo, la directrice de cabinet du ministre de la Transition écologique, y voit plein d'avantages : "Ca s'appelle 'E=0' (bâtiment à énergie zéro, NDLR). Ca veut dire qu'il n'y a pas de consommation d'énergie supérieure à celle qu'on produit dans le bâtiment. Il y a un intérêt en termes de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Il faut vraiment que tout le monde s'y mette, qu'on trouve les bonnes solutions et c'est avec ce genre de démonstration qu'on va y arriver."

Travaux de rénovation énergétique dans des logements des années 60, à Longueau (80), fin juin 2018. - Radio France
Travaux de rénovation énergétique dans des logements des années 60, à Longueau (80), fin juin 2018. © Radio France - Clément Lacaton
Travaux de rénovation énergétique dans des logements des années 60, à Longueau (80), fin juin 2018. - Radio France
Travaux de rénovation énergétique dans des logements des années 60, à Longueau (80), fin juin 2018. © Radio France - Clément Lacaton

Démocratiser la rénovation énergétique

En permettant de faire vite et bien, ce nouveau type de chantier ne manque pas d'avantages, se félicite Barbara Pompili, députée de la Somme, à la tête de la commission développement durable à l'Assemblée nationale : "On voit qu'on a besoin de rénover énormément de bâtiments. Il faut trouver des techniques qui permettent de le faire." Or ce chantier là utilise "une technique d'industrialisation avec laquelle on peut faire beaucoup de bâtiments".

Plus il y aura de chantiers, moins ça coûtera cher. Aujourd'hui il faut compter 110 000 euros par logement. Demain ça pourrait être jusqu'à 60% moins cher. C'est le cas aux Pays-Bas, où la technique est davantage industrialisée.

Cette rénovation énergétique en cours à Longueau est menée par le bailleur ICF Habitat Nord-Est, la filiale logement de la SNCF. Le chantier devrait être terminée début août. Un projet-pilote financé à 60% par des fonds européens qui devrait permettre aux locataires de faire 50% d'économies sur leurs factures.