Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement DOSSIER : Inondations dans l'Aude

Rentrée scolaire : l'école de Conques-sur-Orbiel, dans l'Aude, rouvre après les inondations

dimanche 4 novembre 2018 à 18:36 Par Théo Caubel, France Bleu Occitanie et France Bleu

Les enfants de Conques-sur-Orbiel vont pouvoir revenir en cours pour la première fois depuis les inondations du 15 octobre dernier. L'école primaire a pu être rénovée à temps, et des salles municipales ont été réquisitionnées pour accueillir les maternelles.

Dans les salles de classes de l'école primaire, il ne reste plus aucune trace des inondations.
Dans les salles de classes de l'école primaire, il ne reste plus aucune trace des inondations. © Radio France - Théo Caubel

Conques-sur-Orbiel, France

"En deux semaines, on a tout remis en état, se félicite le maire de Conques-sur-Orbiel, Jean-François Juste. Il a fallu tout détapisser, tout sécher. On a mis des déshumidificateurs, des souffleurs. Tout le monde s'est mobilisé pour nettoyer. Et puis on a fait intervenir de suite les entreprises de nettoyage et de peinture." Au plus fort de l'inondation du 15 octobre dernier, un mètre d'eau noyait l'établissement. Seules deux salles de classes situées à un niveau inférieur du rez-de-chaussé ont dû être relocalisées. 

L'école maternelle en sursis

Pour l'école maternelle, la situation est plus compliquée. L'établissement a été envahi par près de 2 mètres d'eau. Le bâtiment n'a pas été rénové et la mairie laisse sa restauration en sursis. Elle a lancé des études pour comprendre l'origine de cette crue historique. Suivant les conclusions, les travaux de reconstruction commenceront ou une nouvelle maternelle sera construite plus haut dans le village. 

"On nous avait parlé que les enfants seraient peut-être placés dans les autres villages"

En attendant, les enfants sont accueillis dans des salles municipales réquisitionnées et transformées en salle de classe pour que les cours puissent reprendre.

Mais pour les parents d'élèves, c'est le soulagement. "On nous avait parlé que les enfants seraient peut-être placés dans les autres villages, se souvient Claire, mère de deux enfants. On se serait adapté mais c'est vrai que c'est plus simple qu'ils restent avec leur instituteur et leurs copains."

Dans l'école maternelle, il ne reste plus rien les portes-fenêtres ont été arrachées par la force de l'eau.  - Radio France
Dans l'école maternelle, il ne reste plus rien les portes-fenêtres ont été arrachées par la force de l'eau. © Radio France - Théo Caubel

Pour pouvoir rouvrir, il a fallu trouver du nouveau matériel et du nouveau mobilier. La mairie de Conques-sur-Orbiel a pu compter sur la solidarité. La mairie de Montpellier a donné des meubles, tout comme la commune de Saint-Sulpice-le-Guérétois qui a offert 118 tables et 64 chaises. "C'est pour les enfants qu'ils retrouvent un milieu scolaire normal, Annie Devineau est la première adjointe de Saint-Sulpice-le-Guérétois, puisqu'il y a eu le choc de ce sinistre. Nous voulons qu'ils retrouvent une scolarité paisible."

"Il y aura la mairie. Il y aura une équipe "psychologique" pour accueillir les enfants"

Mais la rentrée va forcément être particulière. "Il y aura la mairie. Il y aura une équipe "psychologique" parce qu'il va y avoir beaucoup de questions des parents et des enfants. On va rentrer en classe et on ne va pas se mettre au travail à 8h30" explique Brigitte Malblanc qui s'occupe des CM2 à Conques-sur-Orbiel. 

Mais passé les premières heures, elle compte bien reprendre une année scolaire normale et laisser les inondations le plus loin possible de sa salle de classe.