Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 54 en orange

Restructuration à Météo France : la crainte de prévisions moins précises dans l'Hérault

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu
Hérault, France

Météo France entreprend depuis près de 10 ans une vaste restructuration pour faire des économies. La tendance va se poursuivre jusqu'en 2022. À Montpellier, où la dizaine d'agents, va être divisée par deux, on s'inquiète des conséquences sur les prévisions locales.

L'un des deux postes de prévisionnistes de Montpellier va disparaître à court terme, celui consacré à l'aéronautique
L'un des deux postes de prévisionnistes de Montpellier va disparaître à court terme, celui consacré à l'aéronautique © Radio France - Thomas Biet

Les salariés de Météo France sont inquiets. Les moyens de l'établissement public vont continuer à diminuer ces prochaines années. Dans le cadre "d'Action Publique 2022", les centres météo de proximité sont voués à disparaître au profit de pôles régionaux qui centraliseront les prévisions.  

À Montpellier, Météo France fait des prévisions pour l'aéronautique et la météo "classique".  L'une sera gérée bientôt depuis Bastia (aéronautique) et l'autre depuis Aix-en-Provence et Nice (prévisions météo). Les syndicats s'inquiètent de ces plans de restructuration à répétition depuis 10 ans et de leurs conséquences locales. 

Des prévisions moins précises localement

L'établissement public est passé de 3.700 agents en 2008 à moins de 3.000 l'an dernier. 500 postes devraient disparaître d'ici quatre ans (non remplacements de départs à la retraite, pas de licenciements).  Cela inquiète Jean Bonhomme, représentant syndical "Solidaires Météo" sur le centre départemental de Météo France à Montpellier.

"Il n'y aura plus d'expertise territoriale."

Il craint des répercussions sur la qualité du service : "On ne peut pas maintenir le même niveau de précisions. Ne serait-ce que pour des questions de temps consacrés à la prévision. L'exigence ne peut pas être la même, on va avoir des pertes d'informations et de détails avec une prévision à distance. Dans certains micro-phénomènes ou situations d'urgence, cela risque de mettre les gens qui travaillent dans des situations critiques".

Les syndicats rappellent que le nombre d'implantations de proximité de Météo France est passé de plus d'une centaine en 2011 à une cinquantaine en 2017. Il devrait tomber à une trentaine d'ici 2022.

La carte du nombre d'implantations locales de Météo France montrent l'évolution de ces 10 dernières années
La carte du nombre d'implantations locales de Météo France montrent l'évolution de ces 10 dernières années © Radio France - Thomas Biet
Choix de la station

À venir dansDanssecondess