Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement DOSSIER : Fessenheim : la plus ancienne centrale nucléaire de France

RETRO 2015 - Flottement et clivages autour de la fermeture de Fessenheim

mardi 29 décembre 2015 à 5:00 Par Aude Raso, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Cette année 2015 a été une nouvelle fois marquée par les prises de position des pro et des anti-Fessenheim. Quand fermera la centrale nucléaire haut-rhinoise ? Même au sommet de l'Etat, la réponse est floue. France Bleu revient sur une année mouvementée.

La centrale nucléaire de Fessenheim.
La centrale nucléaire de Fessenheim. © Maxppp

Fessenheim, France

C'est la visite de Ségolène Royal à Strasbourg début septembre 2015 qui remet de l'huile sur le feu. A une question anodine, la ministre de l’Écologie donne une réponse bien ambiguë : "La loi prévoit un plafonnement de l'énergie nucléaire [en France]. Ce qui veut dire que quand Flamanville ouvrira, Fessenheim devra fermer".

Problème : la centrale nucléaire de Flamanville ne devrait pas ouvrir avant 2018... alors que François Hollande avait promis une fermeture de Fessenheim dès 2017. Résultat : un recadrage presque immédiat du président de la République. Ségolène Royal rectifie aussitôt dans un tweet : "La fermeture n’est pas reportée".

"Avec ces tergiversations politiques, on ne croit plus rien", réagit Rémy Verdet de l'association Stop Transports - Halte au nucléaire. Les écologistes manifestent devant la Commission locale d’information et de surveillance à Colmar ou encore place Kléber à Strasbourg.

EDF fait la sourde oreille. Mais rebondissement mi-octobre : EDF inscrit la fermeture de Fessenheim lors de sa demande de renouvellement de l’ouverture de Flamanville. "Le gouvernement fait du chantage à EDF, réagit alors Laurent Raynaud, porte-parole de la CGT à la centrale nucléaire de Fessenheim. Le gouvernement exige qu'on lui donne la tête de Fessenheim en échange de la poursuite de l'EPR de Flamanville".

Manifestation fin octobre de salariés de la centrale de Fessenheim - Maxppp
Manifestation fin octobre de salariés de la centrale de Fessenheim © Maxppp

Quant à la commune de Fessenheim, elle se prépare d'ores et déjà à l’après-nucléaire. Elle envisage une fusion avec ses voisines de Nambsheim et de Balgau pour faire face aux charges financières lorsque la manne de la centrale s'arrêtera.

Voir aussi : RETRO 2015 - Une année d'actualité en Alsace