Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Rétrospective 2015 : l’année parmi les plus chaudes jamais enregistrées en Franche-Comté

mardi 22 décembre 2015 à 10:48 Par Faustine Mauerhan, France Bleu Belfort-Montbéliard

Alors que Noël est dans trois jours, le thermomètre montre une bonne dizaine de degré un peu partout dans l’aire urbaine ce mardi après-midi. De manière générale d’ailleurs, toute l’année 2015 aura été douce côté météo.

Pas de neige en hauteur et douceur dans les vallées.
Pas de neige en hauteur et douceur dans les vallées. © Maxppp

C’est le sujet de conversation préféré des Franc-Comtois ces derniers jours, tellement le temps est doux : la météo ! Coup d’œil sur l’année 2015 dans la rétrospective météo avec Bruno Vermot-Desroche, chef du centre météo de Besançon.

Records de chaleur

La douceur des derniers temps c’est vrai, fait croire à une année de record dans l’aire urbaine. Mais "la mémoire générale est un peu sélective, prévient le prévisionniste. Oui l’année 2015 fera partie des plus chaudes jamais enregistrées en Franche-Comté et dans le Territoire de Belfort car les intersaisons ont été très douces, en plus d’une canicule longue cet été, mais finalement 2014 avait été plus chaude encore."

Un record de sécheresse également

Autre fait remarquable : la pluviométrie. "Dès le mois de mars on a commencé à s’inquiéter d’une potentielle pénurie d’eau et d’une sécheresse. Ajoutez qu’en juin juillet la canicule a été importante, les records ont même été battus fin juillet et que ces trois derniers mois de l’année sont parmi les plus secs jamais vus depuis 100 ans." Mais pour autant, faut-il y voir un signe du réchauffement climatique ? Non répond Bruno Vermot Desroches. "Les anciens sont persuadés que tous les hivers étaient froid et neigeux alors que ce n’était pas le cas, il y avait déjà des alternances mais on se souvient seulement des périodes froides. Donc cette variation entre les hivers froids et doux est naturelle en revanche, c’est la multiplication des hivers doux qui peut traduire le réchauffement climatique."

Bruno Vermot Desroches avec Emilie Pou