Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Rezay : une unité de méthanisation inquiéte certains habitants

jeudi 28 septembre 2017 à 7:50 Par Michel Benoît, France Bleu Berry

Il risque d'y avoir de l'ambiance ce jeudi soir (18H30) à la salle des fêtes de Rezay, un petit village de 220 habitants, près de Lignières (Cher). La population est invitée à venir s'informer sur un projet de méthanisation porté par une exploitation agricole de la commune.

Un panneau d'information signale le lieu où sera construite cette unité de méthanisation à Rezay. Le chantier doit démarrer en octobre.
Un panneau d'information signale le lieu où sera construite cette unité de méthanisation à Rezay. Le chantier doit démarrer en octobre. © Radio France - Michel Benoit

Rezay, France

8000 tonnes de déchets, principalement d'origine agricole (fumier, lisier, déchets verts, et eaux de lavage du marché au cadran de Châteaumeillant) seront traitées chaque année. Leur fermentation produira du méthane qui sera brûlé sur place pour produire de l'électricité, injectée dans le réseau. De quoi alimenter 250 foyers. Mais vous l'imaginez, certains habitants sont inquiets et redoutent de nombreuses nuisances. Craintes majeures : les odeurs et les effets sur la santé. Bernadette Potillion, une habitante de Rezay, s'interroge : "En Allemagne, on a constaté que ces unités de méthanisation étaient à l'origine de bactéries inconnues. Elles pourraient être dangereuses et on n'a pas assez de recul pour multiplier ce genre de technique. Quels effets sur nous, sur les animaux, l'environnement ? On devrait appliquer le principe de précaution. Regardez à Feux, les nuisances qu'ils ont subies et notamment la pollution de leur cours d'eau".

Le petit village de Rezay est niché au coeur d'un pays de boccage, très verdoyant. - Radio France
Le petit village de Rezay est niché au coeur d'un pays de boccage, très verdoyant. © Radio France - Michel Benoit

Une unité de méthanisation a été en effet, à l'origine de pollutions dans le village de Feux, (entre Sancerre et Sancergues) l'an dernier. Pour Félix Renaud, l'un des deux frères porteurs du projet à Rezay, les deux dossiers ne sont pas comparables : "Avec 8000 tonnes de déchets, on sera cinq ou six fois plus petit que la méthanisation à Feux. Ça n'a rien à voir. On a choisi l'emplacement en fonction des vents dominants et pour que les maisons situées sous ses vents ( Nord/Nord-Ouest) soient le plus loin possible. La plus proche est à plus de 500 mètres. La cuve sera close, hermétique pour réduire au maximum le risque d'odeurs. Les déchets proviendront de notre élevage mais aussi d'autres fermes alentour. C'est une source de diversification pour notre exploitation agricole."

Début du chantier en octobre

Le chantier de construction va démarrer en octobre : autant dire que certains habitants ne digèrent pas d'être mis devant le fait accompli. Jocelyne craint les effets sur sa santé et invoque " la loi Faure qui stipule, le droit à respirer un air qui ne soit pas nuisible à notre santé, avec de potentielles mauvaises odeurs. Je n'ai pas envie de tomber malade pour des raisons qui ne m'incombent pas." Nul doute que l'on parlera ce soir aussi de l'impact de cette unité de méthanisation sur le cadre de vie. "Arrivera t-on encore à vendre nos maisons ? A quel prix", s'inquiètent certains habitants. Nul doute que les promoteurs du projet devront faire preuve de pédagogie. "On n'arrivera jamais à convaincre les plus irréductibles, prévient Félix Renaud, notre intérêt est le même que tous les habitants. Que la station tourne le mieux possible. Sans nuisances. Et c'est possible. Ceux qui le souhaitent pourront venir avec nous visiter d'autres unités de méthanisation dans l'Indre à Fléré-la-Rivière et à Cluis. Ils pourront constater que le le procédé fonctionne bien." On compte environ 340 unités de méthanisation agricoles en France.