Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Risque d’inondation : à Sagone, les riverains prennent les choses en main

lundi 20 novembre 2017 à 10:55 Par Hélène Battini, Olivier Castel et Jean Pruneta, France Bleu RCFM

Le Sagone, ruisseau qui débouche dans la plaine du même nom, sur la commune de Vico, sort souvent de son lit. Mardi dernier, lorsque la pluie s'est abattue sur la région, il a partiellement inondé une zone commerciale. Pas de dégâts, mais chez les commerçants de vives inquiétudes resurgissent.

Risque d’inondation : à Sagone, les riverains prennent les choses en main
Risque d’inondation : à Sagone, les riverains prennent les choses en main © Radio France - Olivier Castel

Corse, France

En 2014, l'eau avait submergé les boutiques, montant jusqu'à près d'un mètre. Les riverains en appellent aux pouvoirs publics, et certains disent n'avoir d'autre choix que de prendre des initiatives.

Cette zone commerciale de Sagone est régulièrement inondée  - Radio France
Cette zone commerciale de Sagone est régulièrement inondée © Radio France - Olivier Castel

Dans son garage associatif, en-dessous du niveau du parking, Pierrot Mateo est à nouveau inquiet. En 2014, il avait marqué au feutre sur un mur la hauteur où l'eau était montée, jusqu'à 60 cm, malgré des précautions prises. « On met la planche devant la porte principale, ça rentre mais beaucoup moins…là j’ai la pompe de relevage pour évacuer le maximum d’eau. L’année dernière on était tranquilles mais cette année c’est arrivé super tôt. On va être sur le qui-vive tous les jours, toute la nuit. »

En 2014, l'eau était montée jusqu'à 60 cm chez Pierrot Mateo - Radio France
En 2014, l'eau était montée jusqu'à 60 cm chez Pierrot Mateo © Radio France - Olivier Castel

Sur le même parking, 10 mètres plus loin, Pascale Andreani, avait vu l'eau monter au niveau du comptoir de sa boutique de produits corses. « Beaucoup de dégâts, heureusement que l’assurance a marché, on a été remboursés comme il fallait, mais une fois, deux fois, après c’est moins sûr. »

"Lorsqu’on n’a pas le choix, on y va!"

L'embouchure du ruisseau est envahie de cannes et de ronciers, jusque sous le pont routier. Selon les riverains, le problème viendrait aussi d'une dune de sable immergée. Mardi dernier, avec la pluie, le ruisseau ne se jetait plus dans la mer, et le niveau montait. Avec d'autres riverains, Sébastien Houitte réparateur de bateaux, en contre-bas du pont, a alors pris des pelles, pour dégager le sable de la plage.

« Cela arrive à peu près 5 fois par an, de façon plus ou moins importante. On est souvent à quelques centimètres sur le terrain et on a eu des évènements plus importants, jusqu’à 80centimètres en 2014. On est dans une zone inondable, tout en bas de la plaine de Sagone, il est compliqué de savoir si des solutions efficaces peuvent être mises en œuvre. Le sable qui est sur la plage empêche au niveau de l’embouchure une évacuation normale du fleuve. Lorsqu’il n’y a pas assez de débit et que la mer peut refermer cette dune. Lorsqu’on n’a pas le choix on essaie de donner quelques coups de pelle à la main, on y va, et puis c’est vrai qu’il n’y a juste à faire un petit ruisseau et l’eau du fleuve pousse suffisamment pour que la mer de l’empêche pas de sortir. »

L'entretien des berges incombe en théorie aux propriétaires, pour ce type de ruisseau, mais toucher au sable peut engendrer des sanctions. La municipalité de Vico voudrait réaliser un diagnostic avant d'intervenir mais dit attendre que la compétence de la gestion des cours d'eaux de ce type soit transférée à la communauté de communes.

Furiani a retenu la leçon

Il y a presque un an, d'importantes inondations touchaient plusieurs communes situées au sud de Bastia causant d'importants dégâts à des biens privés ou collectifs. Tout le monde se souvient de ces images impressionnantes de maisons éventrées, de ponts qui cèdent sous le poids de l'eau ou du centre commercial Géant Casino de Furiani dévasté par les eaux, la boue et autres objets emportés par la rivière St Pancrace. La commune de Furiani évidemment n'a pas oublié. Un an après elle a décidé de prendre les choses en main et même si la loi oblige les riverains d'un cours d'eau privé à l'entretenir d'eux-mêmes, la commune s'est lancée la semaine dernière dans le curage du lit de ses quatre rivières ou ruisseaux et de leurs berges.

Michel Simonpietri, le maire de Furiani: « C’est plutôt une reconstruction des cours d’eau, cela se borne simplement à couper les roseaux sur les berges et dans les cours d’eau, mais il est hors de question qu’on aille plus loin. La loi nous l’interdit et on est bien conscient qu’on ne peut pas transformer les cours d’eau en fossés. Il n’y a pas de recalibrage du ruisseau. Cela se fait par un gros Gyrobroyeur du contient, pour éviter que les ponts ne se rebouchent, avant les fêtes de Noël c’est fini. »