Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Risque d'incendies en Corse : 25 jours de fermeture pour les massifs forestiers en 2017

jeudi 15 mars 2018 à 22:10 Par Maxime Becmeur et Jean Pruneta, France Bleu RCFM

La fermeture des massifs forestiers a été expliquée, ce jeudi 15 mars, par les autorités préfectorales aux socio-professionnels du tourisme. En 2017, sur les 92 jours d'été, il y a eu 25 journées de fermeture des massifs forestiers.

En raison du risque incendie très élevé en 2017, la préfecture de la Haute-Corse a dû procéder à 25 fermetures de massifs forestiers.
En raison du risque incendie très élevé en 2017, la préfecture de la Haute-Corse a dû procéder à 25 fermetures de massifs forestiers. © Maxppp -

Corse, France

25 journées de fermeture des massifs forestiers en 2017. C’est le chiffre dévoilé par la préfecture de la Haute-Corse pour la campagne feux de forêt de l’été dernier.  Un chiffre qui situe l'année écoulée au deuxième rang, depuis 2001, en termes de danger très sévère et exceptionnel, derrière la saison historique de 2003. 25 journées de fermeture sur les 92 jours de l'été, cela représente une moyenne de fermeture de 20% pour les six massifs forestiers de la Haute-Corse. Les plus impactés sont ceux du Fangu, de Bonifatu et des Agriates (25% de fermeture). 

Une situation qui a parfois soulevé le mécontentement des socio-professionnels du secteur du tourisme. D'où la réunion d'information qui s’est tenue, ce jeudi 15 mars, entre les différentes parties à la préfecture de la Haute-Corse. Pour le préfet, il était important d'expliquer concrètement les raisons de ces mesures. "Le risque incendie était un risque avéré à chacune de ces fermetures de massifs forestiers, précise Gérard Gavory. On a bien conscience que cela a eu un impact sur l'activité économique, notamment pour le secteur du tourisme. Notre objectif est de limiter cet impact, mais aussi d'expliquer nos prises de décision aux socio-professionnels. On sait très bien que si un incendie se déclare, on aura beaucoup de difficultés pour aller secourir les personnes qui empruntent les massifs."

Gérard Gavory, le préfet de la Haute-Corse

Du côté des socio-professionnels contraints de ne plus fréquenter les massifs forestiers en période de risque incendie, on dit comprendre les mesures prises, d'autant plus quand il s'agit de sécuriser la population. "Les services de l'Etat se placent toujours par rapport aux lois, en nous indiquant qu'il y a une ligne rouge qu'on ne peut pas franchir, expose Bruno Mistrali, gérant du camping de Saleccia, dans le désert des Agriates. Quoi que l'on fasse et quoi que l'on dise, les professionnels que nous sommes, nous ne pourrons pas changer les choses. C'est un manque à gagner énorme, c'est vrai, mais il faut se rendre à l'évidence car notre responsabilité est engagée."

Bruno Mistrali, gérant du camping de Saleccia