Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Seine-Saint-Denis : la forêt sauvage de Romainville menacée par l'île de loisirs ?

lundi 3 septembre 2018 à 4:15 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris et France Bleu

Les "Amis de la corniche des forts" se rassemblaient ce dimanche à Romainville pour évoquer le projet d'île de loisirs qui menace, selon eux, la biodiversité d'une forêt de 60 hectares. L’association interpelle Valérie Pécresse pour stopper le projet qui prévoit de défricher une partie du site.

Forêt de la corniche des forts à Romainville où une "île de loisirs" doit être aménagée
Forêt de la corniche des forts à Romainville où une "île de loisirs" doit être aménagée © Radio France - Rémi Brancato

Romainville, France

Une forêt sauvage, véritable "jungle" urbaine, est-elle menacée à seulement 2 kilomètres de Paris ? Ce site, à Romainville, c'est la corniche des forts et il appartient à la région Île-de-France, qui souhaite voir s'y implanter depuis une vingtaine d'années une base de loisirs. Valérie Pécresse, qui est ce lundi matin l'invitée de France Bleu Paris, a validé un projet d'île de loisirs dont l'aménagement doit débuter dans les prochaines semaines. Des associations écologistes et de riverains dénoncent une attaque de la biodiversité et de la faune sauvage, nombreuse dans cette forêt de 60 hectares. 

Carrière comblée, arbres coupés

Le projet d'île de loisirs qui concerne 8 hectares du site, prévoit de défricher des arbres pour y installer une pelouse solarium, une piste cyclabre, des agrès, un mur d'escalade, un poney club et même un espace pour le cirque. "Tous les arbres qui sont marqués pour être détruits, c'est un crève coeur" regrette Hélène Zanier, membre de l'association. "On va couper des arbres alors qu'on voit leur importance pour réduire la chaleur urbaine" ajoute Julie Lefebvre, également membre de l'association, qui avance l'importance de la faune sauvage sur le site: renards, hérissons d’Europe, écureuils roux, lézards, orvets, fouines, musaraignes, ou encore éperviers. "Pourquoi détruire cette niche pour les animaux?" demande-t-elle.

ECOUTER - Les riverains et écologistes défendent cette forêt sauvage, à deux pas de Paris

"Des montagnes de sable ont été amenés et vont être coulées avec du béton pour installer une prairie artificielle sur cette montagne de béton" détaille ensuite Sylvain Piron, chercheur à l'EHESS et soutien de l’association. Le projet prévoit en effet de combler une partie de l'ancienne carrière de gypse qui a fermé il y a plus de 60 ans : "cela va surchauffer très fort alors que la forêt sert de ventilateur naturel pour la région". 

ECOUTER - Sylvain Piron, chercheur à l'EHESS, dénonce le projet qui vise à combler les carrières

C'est sur cette ancienne carrière que la nature a repris ses droits, dans un site unique à 2 kilomètres seulement de la capitale. "Des arbres sont venus, un écosystème s'est reconstitué de façon totalement sauvage, c'est un espace totalement exceptionnel" souligne le chercheur.

La biodiversité prise en compte pour les porteurs du projet

"Cela fait vingt ans que les gens attendent de pouvoir bénéficier d'un poumon vert, bien sur qu'il faut le préserver, mais pas en le fermant au public" répond Stéphane Weisselberg, adjoint écologiste à la maire de Romainville et président du syndicat mixte qui pilote le projet. Il assure que la biodiversité sera respectée et qu'elle a été prise en compte.

ECOUTER - Stéphane Weisselberg, président du syndicat mixte qui porte le projet

"Sur 8 hectares, seuls 4,5 seront défrichés : cela représente 15% du site" se défend-il encore, "il ne me semble pas qu'on sacrifie la forêt, bien au contraire, car quand on ouvre des prairies on développe la biodiversité, on permet à des insectes et des rongeurs de venir s'installer sur ces espaces défrichés".

De son côté l'association des "amis de la corniche des forts" a fait plancher des étudiants en architecture sur des projets alternatifs. Tous conservent l'intégralité des arbres de la forêt. Après une tribune publiée en juillet dans le journal Libération, elle a également lancé une pétition en ligne qui recueille déjà plus de 2700 signatures. Valérie Pécresse, en charge du projet est ce lundi matin l'invitée de France Bleu Paris.

ECOUTER - Julie Lefebvre, de l'association "les amis de la corniche des forts" interpelle Valérie Pécresse