Infos

Sud Ardèche : le plan d'eau de Rosières asséché pour sauver un petit poisson

Par Pierre-Jean Pluvy, France Bleu Drôme-Ardèche lundi 12 septembre 2016 à 17:28

Le plan d'eau de Rosières, à gauche, il y a une semaine ; à droite, aujourd'hui.
Le plan d'eau de Rosières, à gauche, il y a une semaine ; à droite, aujourd'hui. - Radio France - Pierre-Jean Pluvy / Syndicat de rivière de Beaume Drobie

À Rosières, dans le Sud Ardèche, un plan d'eau a été asséché la semaine dernière pour sauver un poisson menacé d'extinction. Le barrage qui retenait l'eau depuis le XVIe s. a été éventré par le syndicat de rivière Beaume/Drobie. Les habitants de Rosières dénoncent une destruction de leur patrimoine.

La semaine dernière, un bulldozer est venu éventrer la digue du village de Rosières, à côté de Joyeuse, dans le sud de l'Ardèche. Le but de ces travaux : assurer la continuité écologique de la rivière. Mais cette décision met en colère les habitants de Rosières, qui l'ont fait savoir au syndicat de la rivière Beaume/Drobie.

Cette décision a été prise avec toutes les communes martèle en réponse le président du Syndicat de rivière Beaume/Drobie. Effectivement, plusieurs réunions ont eu lieu pour mettre en actes le "contrat de rivière". Ce contrat prévoit notamment la continuité écologique de la rivière. Autrement dit, la suppression des obstacles (dont les digues) pour permettre aux poissons de remonter la rivière, aux écrevisses de se déplacer et aux alluvions de s'écouler.

Un petit poisson nommé "apron" 

En l'occurence, c'est l'apron qui préoccupe le syndicat de rivière. Ce petit poisson est en voie d'extinction. Il a été très présent dans les affluents du Rhône, mais sa très grande sensibilité à la pollution l'a fait peu à peu disparaître. Il n'est plus présent qu'en Ardèche du Sud dans quelques rivières.... dont la Beaume. Or l'apron ne peut pas passer la digue de Rosières.

Une passe à poisson en béton 

Pour permettre à ce petit poisson de remonter la rivière, plusieurs solutions ont été envisagées : l'arasement de la digue, refusée par la commune de Rosières au nom du patrimoine communal.

La digue de Rosières daterait du XVIème siècle - Radio France
La digue de Rosières daterait du XVIème siècle © Radio France - Pierre-Jean Pluvy

Autre solution, la construction d'une passe à poisson en béton de 135 mètres de long et 2,50 mètres de largeur qui serait venue défigurer l'endroit où se baignent les touristes en aval de la digue.

La plage de Rosières: rochers en grès et petits canaux - Radio France
La plage de Rosières: rochers en grès et petits canaux © Radio France - Pierre-Jean Pluvy

Finalement le maire de Rosières a accepté que la digue soit trouée à deux endroits, laissant le plan d'eau de Rosières à sec.

J'ai choisi entre la peste et le choléra dit Gérard Martin, le maire de Rosières

Une solution plus simple et moins coûteuse ?

Les habitants de Rosières sont en train d'organiser un collectif pour retrouver leur plan d'eau. Ils ont déjà des propositions. Une passe à poisson plus simple que la première et donc moins coûteuse . Cette nouvelle passe à poisson aurait aussi et surtout le grand avantage de permettre au plan d'eau de rester rempli comme il était avant.

La passe à poissons comme l'imagine le collectif des habitants de Rosières - Aucun(e)
La passe à poissons comme l'imagine le collectif des habitants de Rosières - Sébastien Roure

Le syndicat de rivière Beaume/Drobie assure qu'il rencontrera le collectif et analysera sa proposition.

Partager sur :