Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Saint-Julien-aux-Bois : les riverains contre le rajout de stériles miniers sur le site de Laporte

lundi 29 janvier 2018 à 17:55 Par Philippe Graziani, France Bleu Limousin

L'ancienne mine de Laporte, à Saint-Julien-aux-Bois en Corrèze, stocke déjà 385 000 tonnes de stériles miniers, ces déchets de l'exploitation de l'uranium. 6000 tonnes supplémentaires y sont prévues. Les riverains y sont fermement opposés.

 L'eau a fortement montée dans l'ancienne mine à ciel ouvert de Laporte lors des récentes fortes pluies.
L'eau a fortement montée dans l'ancienne mine à ciel ouvert de Laporte lors des récentes fortes pluies. - ©Agir Autrement pour la Xaintrie

Saint-Julien-aux-Bois, Corrèze, France

"Ils partent du principe que ce n'est pas grand chose et que comme on est déjà blindés, on ne va pas chipoté pour un demi millisievert (l'unité de mesure des radiations, NDLR) qui traîne par-ci, par-là." Mais ils ont bien l'intention de chipoter comme le dit Christine Guérin, de l'association "Agir Autrement pour la Xaintrie". Car les riverains en ont bien assez des stériles miniers dans l'ancienne mine de Laporte, propriété d'Areva, sur la commune de Saint-Julien-aux-Bois. 

6000 tonnes de plus

385 000 tonnes y sont stockées depuis 2015. Mais alors que l'abandon du projet de stockage du Longy, sur le plateau de Millevaches, a été acté par le préfet, le projet du site de Laporte, lui, perdure. L'ancienne mine de Saint-Julien-aux-Bois doit être utilisée pour récupérer les déchets en provenance de trois anciens sites uranifères, de Saint-Privat, Saint-Cirgues-la-Loutre et Chapelle-Spinasse. Un non-sens selon les associations environnementales locales qui se battent contre le stockage de ces stériles sur le site depuis le début. _"Le problème du site de Laporte c'est qu'il reçoit des ruissèlements d'un peu partout, qui traversent ces stériles miniers, et qui se jettent dans le Riou-Tord (_un ruisseau qui borde le site, NDLR) explique Christine Guérin

Moins qu'une radiographie

Le préfet dément cette pollution radio active. "La rayonnement constaté est de 0,08 millisievert par an, ce qui est très faible. A titre de comparaison une radio pulmonaire c'est 1 millisievert par an. Bertrand Gaume rappelle également qu'une commission ad hoc dans laquelle siègent les associations suit le site avec vigilance et continuera à le faire. Et il précise aussi que la commission départementale d'évaluation des risques à donner son aval. Les travaux pour le transfert de ces nouveaux déchets devraient commencer dès les premiers beaux jours.