Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Saint-Julien-Molin-Molette : les opposants à la carrière manifestent devant la préfecture à Saint-Étienne

mardi 5 juillet 2016 à 18:43 Par Mathilde Montagnon, France Bleu Saint-Étienne Loire

Entre 50 et 60 habitants de Saint-Julien-Molin-Molette ont manifesté ce mardi matin devant la Préfecture de Saint-Étienne alors que le maire Jean-Louis Bariot était reçu par les services. Il s'agissait d'évoquer la carrière de pierres située dans la commune.

La carrière de saint-Julien-Molin-Molette dans le Pilat
La carrière de saint-Julien-Molin-Molette dans le Pilat © Radio France - Yves Renaud

Saint-Julien-Molin-Molette, France

La demande d'extension de la carrière de pierres de Saint-Julien-Molin-Molette a été rejetée en conseil municipal le 30 juin dernier. Mais désormais le dossier sera traité par la Préfecture de la Loire. Une réunion avait lieu ce mardi matin avec notamment le maire de Saint-Julien-Molin-Molette, Jean-Louis Bariot.

La carrière produit 150 000 tonnes de pierres par an. Une autorisation d'exploitation qui court jusqu'en 2020.  Il y a deux ans, le carrier voulait augmenter la production jusqu'en 500 000. Aujourd'hui, il demande juste un agrandissement de la carrière. Officiellement, pas forcément pour produire plus, mais pour déplacer le lieu d'extraction car la parcelle actuelle serait vide. Et il veut surtout prolonger le droit d'exploiter le site jusqu'en 2050. Ce qui inquiète les habitants et les riverains qui espéraient la fermeture de la carrière en 2020.

Fred Radix, faisait partie des opposant qui manifestaient devant la Préfecture. Pour lui "la carrière c'est beaucoup de pollution sonore, on a un camion toutes deux minutes dans le village. On a des maisons fissurées parce qu'il y a des explosions sur cette carrière. On pense que le village a assez subi cette carrière. On attendait patiemment 2020". Il dénonce "l'action de force du Préfet" après la décision du conseil municipal.

F.Radix faisait partie des manifestants devant la Préfecture

Le maire de la commune Jean-Louis Barriot estime qu'il y a "entre 35 et 40 camions par jour en moyenne dans le village". La Préfecture lui a expliqué qu'elle "prenait la main sur le dossier pour dépassionner le débat qui existe sur ce type de décision avec la population. Je ne nie pas que dès qu'il y a une carrière ou un centre d'enfouissement cela suscite des polémiques au sein de la population".

Le maire de Saint-Julien-Molin-Molette Jean-Louis Bariot