Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Saint-Pierre-de-Jards se mobilise contre un projet éolien

-
Par , France Bleu Berry

La commune de Saint Pierre de Jards à la frontière de l'Indre et du Cher se mobilise contre un vaste projet éolien. Plusieurs élus et habitants ont porté l'affaire devant le tribunal administratif de Limoges.

Le maire Guy Riolet et son adjoint Nicolas Rabaté font barrage au projet
Le maire Guy Riolet et son adjoint Nicolas Rabaté font barrage au projet © Radio France - Gaëlle Fontenit

Saint-Pierre-de-Jards, France

"Là, ce sont les 7 éoliennes sur la commune de Chery. Les 4 là sont celles de Nohant-en-Graçay et là, celle de Massay". Le maire de Saint-Pierre-de-Jards pourrait presque s'en amuser si la situation n'était pas si compliquée. "Nous sommes un peu l’irrésistible village gaulois qui est encerclé maintenant non pas par des Romains mais par des éoliennes. Si tous les projets arrivent à terme, on va avoir 32 à 34 éoliennes autour du village dont certaines à 500 mètres des maisons".

La procédure a débuté il y a maintenant 3 ans. "Ça a commencé avec les avant-projets. Le conseil municipal a émis un avis défavorable. Ensuite, il y a eu l'enquête publique. Le commissaire enquêteur a émis un avis défavorable. Ensuite la commission des sites a émis un avis défavorable. Et malgré tout cela, le préfet de Région a signé le permis de construire" s'agace le maire.

Une procédure en cours au tribunal administratif

La commune, qui compte 109 habitants, a donc décidé de se mobiliser contre ce projet. "Ce n'est pas le fait que cela soit chez nous qui pose problème, précise Nicolas Rabaté, adjoint au maire et président de l'association Berry Terre d'Harmonie. C'est le fait que cela ne sert pratiquement à rien, notamment dans des régions peu ventées comme ici."

L'association, ainsi que plusieurs habitants et élus, ont saisi le tribunal administratif de Limoges. Ils attendent une décision d'ici la fin du mois de mai.