Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

À Saint-Priest-en-Jarez, les pesticides chimiques ne seront bientôt plus en libre-service

lundi 28 mars 2016 à 15:52 Par Martin Cotta, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

À partir du 1er janvier 2017, les pesticides chimiques pour les amateurs de jardinage ne seront plus disponibles en libre-service dans les magasins. Au Jardiland de Saint-Priest-en-Jarez, cette mesure sera appliquée dès la fin de l'année 2016.

Plus de pesticides chimiques en libre-service en 2017
Plus de pesticides chimiques en libre-service en 2017 © Radio France - Martin Cotta

Saint-Priest-en-Jarez, France

La vente en libre-service des pesticides chimiques ne sera plus autorisée à partir du 1er janvier 2017. Une mesure inscrite dans la loi sur la transition énergétique. Mais au Jardiland de Saint-Priest-en-Jarez, ces produits seront vendus derrière un comptoir dès la fin de l'année. "Ils seront systématiquement conseillés et assistés dans leur vente par un vendeur qualifié", explique Jean-Jacques Berthevas, le directeur du magasin. "Cela concernera les désherbants de synthèse ou encore les insecticides, vendus derrière un comptoir avec un accès réglementé. Cela obligera le client à recevoir le conseil", termine ce directeur. L'objectif est donc de prévenir des risques et conseiller le client pour une bonne utilisation des produits de synthèse.

"Non pas sous vitrine mais derrière un comptoir"

Du fumier ou des larves de coccinelles

Si notre consommation de pesticides a augmenté de 9% entre 2013 et 2014 d'après les derniers chiffres du ministère de l'Agriculture, il existe des alternatives. C'est d'ailleurs jusqu'à mercredi prochain, la semaine "pour les alternatives aux pesticides". Pour faire pousser son gazon un peu plus vite, Olivier n'utilise pas d'engrais chimique mais du fumier : "Un paysan habite tout près de chez moi et chaque année je lui troque du fumier contre des légumes. Il me ramène donc une remorque pleine de ce fumier et nous l'épandons à la main pour que la terre soit enrichie naturellement", explique ce jeune jardinier.

Jean-Jacques Berthevas directeur du Jardiland de Saint-Priest-en-Jarez - Radio France
Jean-Jacques Berthevas directeur du Jardiland de Saint-Priest-en-Jarez © Radio France - Martin Cotta

Dans le magasin Jardiland de Saint-Priest-en-Jarez, les salariés ont été formés pour proposer des alternatives aux pesticides et orienter le client plus facilement vers les produits "propres" d'après Jean-Jacques Berthevas, le directeur : "Par exemple, quand un jardinier va constater la présence de pucerons dans ses rosiers, on va lui préconiser non pas de l'anti-puceron de synthèse, mais plutôt des larves de coccinelles. En se développant, elles mangeront les pucerons".

Les carrés potagers à la mode

Le printemps arrive et les jardiniers commencent à préparer leur jardin, endormis par la saison hivernale. Le carré potager est une des valeurs sûres de cette année 2016. Et là aussi, le recours à des produits de synthèse n'est pas une garantie de qualité et n'induit pas forcément que les fruits et légumes poussent plus rapidement. "Ils permettent aux gens de produire naturellement chez eux des légumes par exemple, dans les maisons ou bien les balcons d'appartements", affirme le directeur du Jardiland de Saint-Priest-en-Jarez.

Le carré potager a la cote en 2016 chez les jardiniers - Radio France
Le carré potager a la cote en 2016 chez les jardiniers © Radio France - Martin Cotta