Climat – Environnement

Sarthe : la récolte de maïs pauvre en quantité et en qualité

Par Marie Mutricy, France Bleu Maine lundi 12 septembre 2016 à 19:03

Le soleil a bien doré les plants de maïs, mais le manque d'eau a empêché le bon développement des grains.
Le soleil a bien doré les plants de maïs, mais le manque d'eau a empêché le bon développement des grains. © Radio France - Marie Mutricy

Après un printemps trop pluvieux, la sécheresse. La récolte de maïs sera de piètre qualité selon la chambre d'agriculture de la Sarthe qui analyse en ce moment les quantités récoltées.

Trop de pluie au printemps, trop de soleil et de chaleur en août et septembre : toutes les conditions sont réunies pour que les récoltes soient mauvaises, tant en rendement qu'en qualité, en Sarthe. Moins 30% pour le blé par rapport à l'an dernier et sans doute un taux approchant pour le maïs, "séché" dans son épi par le manque d'eau... Et pour ne rien arranger, les pâtures, également desséchées, imposent aux éleveurs de nourrir les bêtes avec les aliments mis de côté pour l'hiver.

A LIRE AUSSI | Comprendre la crise agricole, filière par filière

Le maïs pas assez nourrissant

Franck Bellessort a deux casquettes. Il est exploitant à Bérus, dans le nord-Sarthe : "Le grain arrive à maturité, il n'a pas d'eau donc on va avoir des petits grains et des épis qui ne seront pas remplis". Il est également entrepreneur agricole. Lundi, il fabriquait les réserves d'un éleveur laitier à Oisseau-le-Petit. C'est l'ensilage :  entasser un hachis de plant de maïs, le recouvrir d'une bâche et le laisser fermenter. Rouvert pendant l'hiver, le silo permet de nourrir les bêtes :

On perd en qualité, donc le problème qui va se poser, c'est que la valeur alimentaire sera moins bonne et qu'il faudra investir dans un complément

Franck Bellessort en train de mettre du maïs à l'ensilage - Radio France
Franck Bellessort en train de mettre du maïs à l'ensilage © Radio France - Marie Mutricy

Le fourrage de l'hiver déjà entamé

Un problème encore accentué par le manque de pâturages, également atteints par la sécheresse. Il faut donc déjà nourrir les animaux explique Isabelle Lecomte, responsable du domaine végétal à la chambre d'agriculture de la Sarthe : "Soit on rentre les animaux, on les met dans la stabulation. Ou alors on les laisse dehors et on apporte du fourrage. [Dans tous les cas] le foin ou l'enrubannage d'herbe était prévu pour cet hiver et donc on puise déjà dedans". Là aussi, cela nécessitera d'acheter des aliments. Un coût supplémentaire pour des exploitations déjà durement touchées par la crise du lait et de la viande.