Climat – Environnement

Sarthe: une troisième usine de méthanisation

Par Bertrand Hochet, France Bleu Maine lundi 20 mars 2017 à 3:00

Chacune des deux cuves contient 1.400 m3 de matière chauffée à 40°C
Chacune des deux cuves contient 1.400 m3 de matière chauffée à 40°C © Radio France - Bertrand Hochet

Trois agriculteurs de Mézières-sur-Ponthouin se sont regroupés pour produire de l'électricité à partir des déchets végétaux et des déjections de leurs animaux. Leur investissement de deux millions d’euros auquel participe la charcuterie Cosme devrait devenir rentable dans une dizaine d'années.

Du fumier qui devient électricité. Dans la cour de la ferme, au lieudit « La fosse », dans la commune de Mézières-sur-Ponthouin, trônent désormais deux cuves grises contenant chacune 1.400 m3 de fumier, lisier et déchets végétaux. « Cette matière malaxée et chauffée produit du biogaz », explique Florent Thouminot, directeur commercial d’AgriKomp, la société qui a installé le méthaniseur et en assurera ma maintenance. Cette énergie est ensuite récupérée pour faire tourner un moteur qui entraîne une génératrice. La turbine permet de produire, chaque année, de l'électricité pour 350 foyers.

Une autre source de revenus

Cette électricité, revendue à EDF, rapporte entre 2 et 3.000 euros par an, estime Eric Malassigné chez qui est installé le méthaniseur. Mais ce n’est pas le seul avantage, précise l’éleveur de porcs et de poulets : « on récupère également une matière qui s’appelle le digestat. C’est un fumier enrichi pour fertiliser la terre », détaille l’agriculteur. Cette usine de méthanisation produit aussi de l’eau chaude pour son propre fonctionnement et pour les habitations des alentours.

Un investissement lourd

En période de crise, cette usine de méthanisation permet aux agriculteurs de trouver une autre source de revenu. Mais l'investissement est important : 2 millions d'euros. Somme impossible à rassembler par les trois agriculteurs malgré les subventions. Fort heureusement, la charcuterie Cosme les a aidés. Cette participation a pour but de contribuer à redorer le blason de la filière porcine, explique son patron, Joël Cosme qui est originaire de la commune de Mézières-sur-Ponthouin. « L’expression dit : dans le cochon tout est bon ! Tout le monde veut manger du jambon ! Mais on oublie que pour ce faire, il faut élever des cochons et que cela comporte certains inconvénients ». « On ne veut pas avoir de porcherie à côté de chez soi », résume Joël Cosme. Et le patron de poursuivre : « il faut résoudre les problèmes d’odeur: la méthanisation le permet. De même que la question de la couche d’ozone : on est en plein dedans également. Tout comme les énergies renouvelables ».

Le "digestat" (à droite) permet de fertiliser la terre  - Radio France
Le "digestat" (à droite) permet de fertiliser la terre © Radio France - Bertrand Hochet

Cette usine de méthanisation de Mézières-sur-Ponthouin est la troisième en Sarthe après celles de Tennie et Saint Michel-de-Chavaignes. Contrairement à d'autres projets de ce type en France, elle n'a pas rencontré d'opposition parmi la population. La France compte environ 200 usines de méthanisations contre 8.000 en Allemagne.