Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Sécheresse : 2018 année de tous les dangers ?

mercredi 29 novembre 2017 à 23:07 Par Patrick Rossi et Caroline Filippi, France Bleu RCFM

Situation préoccupante en Corse où la sécheresse est toujours d'actualité en cette fin d'année 2017. Les réserves en eau sont au plus bas. Et les perspectives ne sont guère réjouissantes. Tout porte à croire que l'hiver ne suffira pas à reconstituer la ressource.

Le manque d'eau toujours d'actualité dans certaines communes corses
Le manque d'eau toujours d'actualité dans certaines communes corses © Maxppp -

Corse, France

"Les ressources en eau sont inférieures à 80% et la crise en 2018 est inévitable ". Ce constat est dressé par l'Agence Régionale de la Santé. L'ARS estime en effet que la sécheresse perdure en cette saison et qu'il s'agit d'une situation inédite et inquiétante. Et pour cause, les ressources locales ne devraient pas se reconstituer cet hiver. Aujourd'hui encore, des communes comme Tavaco et Ocana, en Corse-du-Sud sont alimentées par camion-citerne. A Tavaco, commune de 350 habitants, il est nécessaire de ravitailler le village deux à trois fois par semaine. Kyrnolia assure la livraison. La situation est inédite. Jean-Marie Pasqualaggi, le maire de la commune, n'a jamais connu ça.

Jean-Marie Pasqualaggi, le maire de Tavaco

Après un été très chaud, un automne très sec, le déficit pluviométrique est conséquent. Ce contexte favorise forcément les incendies. Il est à l'origine aussi d'une pollution aux algues sur quelques barrages. L'Agence Régionale de la Santé précise même que le niveau d'intrusion saline sur le forage du Tarcu pourrait rendre l'eau impropre à la consommation au sud du département.

" Il faut apprendre à faire face aux changements climatiques. Il faut aussi et désormais anticiper ce genre de situation, amené à se répéter chaque année" indique l'hydrobiologiste, Antoine Orsini.

Antoine Orsini, hydrobiologiste