Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Sécheresse : à Coings, "les agriculteurs pensent à démonter les cultures plutôt que les entretenir"

-
Par , France Bleu Berry

Treize communes de l'Indre sont soumises à des restrictions d'eau depuis plus de deux semaines dans les bassins hydrométriques de la Trégonce et de la Ringoire. Mi-mai, à Coings, la commune s'inquiète pour ses fleurs, les habitants pour leur potager, les agriculteurs pour leurs céréales.

Les potagers de Coings sont désespérément secs
Les potagers de Coings sont désespérément secs © Radio France - Alexandre Berthaud

Coings, France

À Coings coule la Ringoire, logiquement c'est une rivière mais par endroit il s'agit tout au plus d'un filet d'eau. Son niveau représente un repère, un peu le témoin de la situation hydrométrique dans la commune. _"En 20 ans je n'ai jamais vu ça (la rivière basse) aussi tôt dans la saison"_, assure Francis Monchaussé, l'employé communal de Coings. Il est chargé, notamment, d'entretenir les espaces verts et les massifs de fleurs de cette commune de moins de 1000 habitants. Une tâche de plus en plus compliquée à cause de la sécheresse.

L'eau, ressource rare

Francis Monchaussé ne sait pas comment il va faire pour s'occuper des fleurs de la commune. "Il vaut mieux garder les graines dans les paquets", commente Patrick Robin, un habitant. Devant son potager, situé au bord de la Ringoire, il parle de l'eau comme d'une "ressource rare"  et se plie aux restrictions. Depuis le 2 mai 2019, la commune fait partie des 13 municipalités concernées par l'arrêté préfectoral de limitation et suspension provisoire des prélèvements d'eau. Conséquences concrètes, "les agriculteurs pensent à démonter les cultures", explique Francis Monchaussé. Les semis de tournesol et de maïs ne prennent pas. Ce sont des cultures gourmandes en eau, or il ne pleut quasiment pas depuis plusieurs semaines.

Moins de fleurs dans les rues

Ajoutez à cela du vent, l'arrêté préfectoral, vous obtenez une situation qualifiée de "très inquiétante" par Jean-Pierre Marcillac, le maire de Coings. Lui pense déjà à réduire drastiquement le nombre de massifs de fleurs de la commune. "Ça ne sert à rien de planter alors qu'on ne peut pas arroser, les restrictions vont probablement continuer cet été". Le maire de la commune qui va laisser de côté, à regrets, les concours de villages fleuris. Jean-Pierre Marcillac qui s'inquiète aussi pour son stade de football : "si on ne peut pas l'arroser en septembre et octobre, c'est foutu"

Situation hydrométrique précaire dans le reste du département

Mercredi 15 mai 2019, une réunion de l'observatoire des ressources en eau avait lieu. Les différents acteurs (État, associations de protection de l'environnement, pêcheurs, chambre d'agriculture) ont fait le point sur la situation hydrométrique gouvernementale. Le mot de "crise" est déjà employé, notamment par Denis Riollet, vice-président de la Chambre d'Agriculture. Une situation alarmante car elle est plus précoce que les autres années.

Si l'alerte sur les bassins de la Trégonce et de la Ringoire pourrait ne pas (trop) durer car ils se "remplissent" rapidement, les nappes phréatiques profondes sont bien plus sèches qu'elles ne devraient l'être. Déjà les éleveurs s'inquiète, la première couep de foin n'a donné que 50% de rendements par rapport à une année "normale". Les agriculteurs pourraient demander des dérogations pour pouvoir faucher les jachères. La perspective de l'été qui arrive ne réjouit pas grand monde. Sauf un mois de juin extrêmement pluvieux, les terres n'auront jamais été aussi sèches après le printemps dans le Berry.

Ces massifs incrustés dans des souches en bois vont disparaître à Coings, faute d'eau pour arroser les fleurs - Radio France
Ces massifs incrustés dans des souches en bois vont disparaître à Coings, faute d'eau pour arroser les fleurs © Radio France - Alexandre Berthaud
Elle est où la Ringoire, elle est où ? - Radio France
Elle est où la Ringoire, elle est où ? © Radio France - Alexandre Berthaud