Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Sécheresse : Belfort et Montbéliard à deux doigts de la rupture

lundi 8 octobre 2018 à 19:29 Par Christophe Beck, France Bleu Belfort-Montbéliard et France Bleu Besançon

Le débit du Doubs s'amenuise dangereusement. Tous les regards sont dirigés vers la station de pompage de Mathay qui alimente les agglos de Montbéliard et Belfort. On se prépare à activer les pompes immergées dans le lit mineur. Et si ça ne suffit pas, il faudra aller puiser dans une gravière.

Le Doubs à sec
Le Doubs à sec © Maxppp - Daniel Wambach

Mathay, France

Lors de la canicule de 2003, la station de captage de Mathay sur le Doubs avait subi une rupture d'alimentation en raison du faible niveau de la rivière.  Le scénario pourrait bien se répéter cet automne. "On est à deux doigts de la rupture", indique le directeur de cabinet du préfet du Doubs, Nicolas Regny. "Et les perspectives ne sont pas rassurantes. On s'attend à une période sans pluie jusqu'à la fin du mois, au moins". 

Il faut savoir que cette station de Mathay assure la totalité de l'alimentation en eau potable (75 000 m3) du Pays de Montbéliard et 70 % de celui du Grand Belfort. 

Le plan B : l'activation de pompes immergées plus en profondeur

Avec la sécheresse de ces dernières semaines, le débit du Doubs approche des 4,5 m3 secondes, seuil où les pompes désamorcent.  Une parade est en oeuvre. Il s'agit de pompes immergées dans le lit mineur du Doubs qui vont chercher de l'eau plus en profondeur. Ces pompes de secours ne fonctionnent pas aujourd'hui, mais elles ont déjà été mises en route en septembre. Elles sont prêtes à faire fonction de plan B. 

Un ancienne carrière en dernier recours 

Et si ça ne suffit pas, il y a un plan C. Il s'agirait d'aller pomper de l'eau dans l'ancienne gravière de Mathay et Bourguignon. Il faut encore y installer des pompes immergées. C'est la solution ultime avant de passer à la phase de coupures d'eau potable.  On n'en est pas encore là, dans le Nord Franche Comté, mais on s'en approche dangereusement. 

En attendant, la préfecture du Doubs a demandé aux centrales hydroélectriques situées en amont de Mathay de stopper leurs activités afin de garantir un débit assez contant de l'eau. Parallèlement, des mesures de restrictions ont été décidées (lavage, arrosage et utilisation de l'eau par les entreprises). Et un appel à la vigilance a été adressé aux populations. 

La situation est plus critique dans le haut Doubs où l'approvisionnement de plusieurs petites communes est réalisé par citerne. La région de Morteau pourrait se voir imposer des ruptures ponctuelles de la distribution de l'eau courante dans les prochains jours, afin de lisser la pénurie. 

Les départements comtois font partie des plus touchés par la sécheresse. - Visactu
Les départements comtois font partie des plus touchés par la sécheresse. © Visactu