Climat – Environnement

Sécheresse : des maisons fissurées depuis cet été dans le Montmorillonnais

Par Pauline Pennanec'h, France Bleu Poitou samedi 22 octobre 2016 à 20:10

Hubert va préparer un dossier pour que la fissure de la maison de son frère soit reconnue comme catastrophe naturelle
Hubert va préparer un dossier pour que la fissure de la maison de son frère soit reconnue comme catastrophe naturelle © Radio France - Pauline Pennanec'h

Dans le Montmorillonnais, depuis cet été, beaucoup d'habitants se plaignent de retrouver leurs maisons fissurées. Au moins six communes sont concernées. Elles font appel aux habitants pour signaler les dommages, comme à L'Isle-Jourdain, où cinq dossiers ont été déposés à la mairie.

L'épisode caniculaire de cet été a laissé des traces sur les façades des maisons. Au moins six communes du Montmorillonnais sont concernées. Gilbert et sa femme habitent à L'Isle-Jourdain. Ils ont découvert la lézarde au début du mois d'octobre : "Elle fait bien cinq mètres de long ! Le morceau de crépis s'est effondré" explique-t-il.

Est-ce que la maison va nous tomber sur la tête ? C'est inquiétant !

— Gilbert, habitant de L'Isle-Jourdain

Elle s'étire de jour en jour et continue de grappiller du terrain. Son frère, Hubert, prépare donc un dossier avec photos à l'appuie pour la mairie. Car le sinistre a été provoqué par la conjugaison d'un été très sec et d'un sol argileux. Un état de catastrophe naturelle pourrait être reconnu, si la maison de Gilbert n'est pas la seule dans ce cas : "La mairie voudrait trouver beaucoup de gens qui ont des problèmes pour interpeller la préfecture" explique Hubert.

La fissure de cinq mètres s'étale sur toute la façade de la maison - Radio France
La fissure de cinq mètres s'étale sur toute la façade de la maison © Radio France - Pauline Pennanec'h

La mairie récolte les doléances des habitants

Le maire de l'Isle Jourdain, Jean-Pierre Melon, intervient auprès des riverains pour les inciter à déclarer les dommages : "C'est le rôle de la mairie de récolter les doléances des uns et des autres. On verra comment on agit suivant le nombre de maisons. S'il y en a 15 ou 20, on pourrait faire les démarches nécessaires. Les assurances pourraient intervenir plus rapidement et d'une façon plus importante au niveau financier" raconte Jean-Pierre Melon.

Le maire de L'Isle-Jourdain Jean-Pierre Melon : "Quand les fissures s'agrandissent, ça craque !"

Pour l'instant seuls cinq riverains se sont manifestés. La demande, si elle aboutit, pourrait prendre au moins un an. D'autres communes sont concernées, comme à Sillars où sept cas sont recensés.

Partager sur :