Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Sécheresse : écartée de la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle, la commune d'Aize dépose un recours

-
Par , France Bleu Berry

Après un premier refus, la mairie et les habitants d'Aize, dans l'Indre, montent au front pour obtenir la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle suite à la sécheresse de l'année 2018. Certaines habitations sont fortement menacées par des fissures.

À Aize, certaines maisons comme celle d'Isabelle sont gravement fissurées
À Aize, certaines maisons comme celle d'Isabelle sont gravement fissurées © Radio France - Manon Klein

Les habitants et les élus d'Aize sont énervés : ils n'ont pas obtenu la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle suite à la sécheresse de l'année 2018. Pourtant, de nombreuses maisons sont lézardées de fissures, et toutes les communes autour ont obtenu cette reconnaissance. La mairie vient de déposer un recours gracieux auprès de l'État, et si elle n'obtient pas gain de cause, elle envisage une poursuite en justice.

Des habitations en péril

Plusieurs maisons se fissurent dans la commune d'Aize, et par endroits, la situation devient alarmante. Isabelle Le Breton se bat depuis 2017, pour sauver sa grande maison. De larges crevasses sillonnent tous les murs, les rebords de fenêtres et de portes. Cette habitante l'avoue : aujourd'hui elle ne sent plus tout à fait rassurée : "Quand ça bouge, ça fait des gros craquements (...) Si ça continue comme ça, dans un an je pense que je ne pourrai plus habiter la maison". 

Isabelle se demande si sa maison peut encore être réparée, ou s'il va falloir la démolir - Radio France
Isabelle se demande si sa maison peut encore être réparée, ou s'il va falloir la démolir © Radio France - Manon Klein

J'ai travaillé toute ma vie, dans cinq ans je suis à la retraite, je n'aurai plus de maison. Je vais où, je fais quoi ? Isabelle

sans reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle, Isabelle est bloquée :  pour remettre sa maison en état il y en a pour minimum 100 000 euros. Aujourd'hui, cette habitante qui sera bientôt à la retraite se demande même s'il est encore possible de sauver sa maison, et elle se demande s'il ne vaudrait pas mieux tout raser.

"Je n'ai plus d'isolation sur ma maison, s'il pleut, c'est inondé" se désole Isabelle - Radio France
"Je n'ai plus d'isolation sur ma maison, s'il pleut, c'est inondé" se désole Isabelle © Radio France - Manon Klein

Un sentiment d'injustice

Ce qui agace particulièrement les habitants d'Aize, ainsi que le maire, c'est que cette reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle a été refusée à la commune, alors même qu'elle a été accordée aux villages voisins. L'explication fournie à la mairie : les relevés météo effectués à Aize ne seraient pas assez anciens, et en l'état, ne permettent pas cette reconnaissance.

Après l'épisode de sécheresse de l'année 2017 déjà, la commune avait été exclue de cette reconnaissance. La mairie avait tenté un recours en justice, sans succès. Cette fois, elle s'est adjoint les services d'un avocat. Et elle pourrait aller au combat avec les autres communes de l'Indre qui n'ont pas obtenu la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle. Une réunion pour discuter de la stratégie à mettre en place est prévue le 3 septembre.

Isabelle ne peut plus ouvrir sa fenêtre, car la structure de celle ci a bougé. Les deux pans ne sont plus alignés. - Radio France
Isabelle ne peut plus ouvrir sa fenêtre, car la structure de celle ci a bougé. Les deux pans ne sont plus alignés. © Radio France - Manon Klein
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu