Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Sécheresse en Creuse : fleurir les communes va être compliqué

-
Par , France Bleu Creuse

Dans les serres municipales de Guéret, la plupart des fleurs de saison a grillé sur place. Seules les plantes vivaces tiennent le coup. Les agents municipaux s'organisent pour tenter d'en conserver un maximum.

Dans les serres municipales, on a arrêté d'arroser depuis le 11 juillet en raison d'un arrêté préfectoral
Dans les serres municipales, on a arrêté d'arroser depuis le 11 juillet en raison d'un arrêté préfectoral © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Guéret, France

Sous les serres municipales, le mercure grimpe jusqu'à 40 voire 45 degrés. Difficile dans ces conditions pour certaines plantes de survivre. "On avait déjà passé l'arrosage en goutte-à-goutte pour économiser un maximum, explique Frédérique Garcia, la responsable des espaces verts de Guéret, mais depuis le 11 juillet on ne peut plus du tout arroser". Une large partie des fleurs a donc grillé sur place au fil des jours, au désespoir des agents municipaux.

Les plantes vivaces, seules survivantes

_"_Toutes les plantes n'ont pas tenu, indique Maryse, qui travaille dans la serre. Suivant les variétés, elles se dessèchent peu à peu. Celles qui demandent énormément d'eau, on doit les laisser sécher sur place". Les ipomées, surfinia, et sauges de Graham ont été évacuées de la serre à mesure qu'elles se fanaient. "Elles résistent davantage quand elles sont en pleine terre, mais ici, elles sont en pot, précise Frédérique Garcia. Ça limite le volume d'absorption de l'eau, donc c'est plus fragile"

Depuis plusieurs années, face au réchauffement climatique, la mairie utilise davantage de plantes vivaces : plus résistantes, elles peuvent pousser en permanence. Elles représentent maintenant 40% des plantations municipales. Mais entre la chaleur, le manque de pluie, et le vent de nord-est qui souffle, certaines viennent quand même à manquer d'eau. "Elles ont quand même besoin d'un minimum d'eau, indique la responsable des espaces verts. _Seul le paillage nous aide pour conserver un peu d'humidité_"

Le peu de plantes vivaces qu'il nous reste, on n'y touche pas et on les laisse regroupées. Il n'y a pas grand chose d'autre à faire.

Quelles fleurs sur les ronds-points cet automne ?

Le risque, avec le nouvel épisode de canicule annoncé, c'est que les "pieds mères", à partir desquels les boutures sont multipliées, commencent à souffrir aussi. "Il est possible qu'on les perde, déplore Frédérique Garcia. _Dans les prochaines semaines, on va voir dépérir quelques plantes_".

Si on n'a pas un millimètre d'eau avant deux mois, c'est sûr que ça n'aura pas la même tête !

"La sécheresse pourrait avoir un impact à long terme, _les semis qu'on réalise habituellement en août pour les massifs d'automne risquent de ne pas pouvoir être faits_", explique la responsable des espaces verts. Dès le milieu de l'été, les ronds-points guérétois pourraient être un peu moins colorés : "les massifs vont vite changer d'allure avec la chaleur et seront sûrement arrachés très tôt dans la saison"