Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement DOSSIER : La sécheresse en Creuse

Sécheresse en Creuse : l'accès à l'eau rétabli sous conditions dans le bassin de Gouzon

-
Par , France Bleu Creuse

Presque toutes les communes creusoises qui n'avaient plus d'eau au robinet jeudi ont retrouvé du débit, mais la situation reste délicate avec la sécheresse. Au moindre souci sur le réseau, on risque de nouvelles coupures. Le syndicat des eaux a donc organisé une réunion avec les maires du secteur.

Une vingtaine d'élus était présente pour évoquer l'impact de la sécheresse sur l'accès à l'eau potable
Une vingtaine d'élus était présente pour évoquer l'impact de la sécheresse sur l'accès à l'eau potable © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Jarnages, France

Ils étaient une vingtaine à échanger ce samedi matin avec les représentants du syndicat des eaux potables du bassin de Gouzon, pour faire le point sur la situation : les élus du secteur restent inquiets, au vu de la hausse des températures la semaine prochaine qui pourrait faire grimper la consommation d'eau. Si la situation s'est améliorée depuis le milieu de semaine, où une dizaine de communes creusoises était privée d'eau au robinet, une pénurie identique pourrait se reproduire au moindre souci sur le réseau de distribution.

Débit toujours limité dans certaines communes

Jeudi, après une série d'incidents, de nombreux habitants s'étaient retrouvés sans eau chez eux. Dans les bourgs de Bornet et La Motte, à Bord-Saint-Georges, c'est toujours le cas ce samedi : "ça fait dix jours, on a été les premiers touchés", s'agace le maire, Jean-Baptiste Alanore.  _"_Effectivement, ce n'est pas rentré dans l'ordre, admet Yves de Saint Vaury, président du syndicat d'eau potable du bassin de Gouzon. Il n'y a presque pas d'eau, donc c'est impossible de faire tourner les douches et les chaudières". "On a du changer le système de distribution avec la sécheresse, et il n'y a pas assez de pression dans les canalisations", précise-t-il. Plusieurs autres communes ont retrouvé de l'eau, mais avec un débit limité.

Il y a eu huit fuites d'eau dans le réseau du secteur cette semaine. Des canalisations ont par exemple éclaté après les premières pénuries, quand la pression a été augmentée pour redonner de l'eau rapidement aux habitants qui n'en avaient plus. Une initiative contre-productive qui n'a pas aidé le niveau des réservoirs en baisse. "Pour le principal réservoir, on est remonté d'un mètre à 2m80 d'eau ce samedi", indique Yves de Saint-Vaury. Ça fait maintenant un mois et demi qu'il n'a pas atteint son niveau maximum de quatre mètres.

La situation s'améliore donc "mais si on a de nouveau une canalisation qui éclate ou une pompe de forage qui lâche, la situation risque de se reproduire", reconnait-il. "On est toujours en gestion de crise et on se retrouve au pied du mur avec ces problèmes, déplore le maire de Gouzon, Cyril Victor. Il faut qu'on ait des réponses claires de l'Agence de l'Eau et de l'Etat, car la population est inquiète"

Quelles solutions ? 

"La situation reste très délicate, au moindre problème on aura des coupures d'eau dans certains villages", indique Vincent Turpinat, maire de Jarnarges et vice-président du syndicat d'eau potable. Pour pallier au plus urgent, un camion a fait des rotations pour remplir le réservoir d'eau principal du secteur. "Il y aura une nouvelle rotation lundi, mais c'est vraiment du bricolage, la quantité d'eau reste faible", lance Yves de Saint-Vaury. 

"On envisage, mais sans avoir les feux verts pour l'instant, de mettre temporairement en service le forage de Jaillatde façon diluée, car il y a des questions de radioactivité donc il faudrait vérifier les taux", lance Yves de Saint-Vaury. "Il faut qu'on regarde les bonnes pratiques de nos voisins, comme dans l'Allier, où ils sont d'ailleurs prêts à faire des gestes solidaires envers nous, indique Vincent Turpinat. Ça nécessite de nouveaux raccordements". "Il faut qu'on réalise en urgence des travaux sur le réseau d'eau pour 2020 ou 2021, conclut-il. Ça doit devenir une des priorités départementales"