Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement DOSSIER : La sécheresse en Creuse

Sécheresse en Creuse: la réserve naturelle de l'étang des Landes s'évapore à vue d’œil !

-
Par , France Bleu Creuse

C'est du jamais vu. Dans l'est du département à Lussat, l’étang des Landes rétrécit comme peau de chagrin. Ce plan d'eau de 100 hectares, réserve naturelle ornithologique de la Creuse pourrait se retrouver à sec à la fin du mois de juillet.

Le niveau d'eau baisse d'un centimètre par jour
Le niveau d'eau baisse d'un centimètre par jour © Radio France - Olivier Estran

Creuse, France

Le spectacle est inhabituel et serre le coeur. Le vaste plan d'eau de la réserve naturelle de l'Etang des Landes recule de jour en jour.  Avec le soleil, le vent et la sécheresse, le niveau baisse d'un centimètre par jour, laissant apparaître de vastes plages de sable bordées d'une eau stagnante aux algues vertes.

"A ce rythme là, on peut craindre que l'étang soit vide à la fin du mois de juillet, commente Philippe Moncaut le directeur de l'environnement du département de la Creuse. Moins il y'a d'eau, plus elle se réchauffe, et plus elle se réchauffe, plus elle s'évapore. Le phénomène ne fait que s’accélérer. On ne peut compter que sur la pluie pour inverser le phénomène.. mais la pluie, il n'y en a pas de prévu." constate t-il dépité.

Les plages s’agrandissent de jour en jour - Radio France
Les plages s’agrandissent de jour en jour © Radio France - Olivier Estran

Les hérons sont partis

"Je suis ici depuis 13 ans et je n'ai jamais vu ça, se désole Sébastien Bur le conservateur et gardien de cette réserve naturelle. Certains oiseaux sont déjà partis: Les hérons pourprés et les marouettes ne sont mêmes pas venus nicher car il n'y a plus assez de marécages pour eux.  Cette situation convient mieux en revanche aux échasses blanches, vanneaux huppés et petits gravelots qui apprécient ces grands bancs de sable, mais ce qui nous inquiète ce sont les conséquences pour tous les batraciens et amphibiens. On a du mal à le mesurer pour l'instant.. mais c'est sûr ça ne leur convient pas du tout."

Sébastien Bur surveille les espèces d'oiseaux encore présentes - Radio France
Sébastien Bur surveille les espèces d'oiseaux encore présentes © Radio France - Olivier Estran

Plus de brochets 

Chaque semaine un pisciculteur d'Ahun vient récupérer en douceur et au filet les poissons de l'étang pour les mettre à l'abri dans ses bassins. "Il ne reste plus que des tanches et des gardons , commente Sébastien Bur, les brochets n'ont pas survécu à l'épisode de canicule. Quand l'eau dépasse les 29° cette espèce ne survit pas."

"Il n'y a pas que l'étang qui souffre, observe le conservateur, regardez la cime des chênes juste à côté. Ils sèchent aussi. Avec la répétition de ce genre d'été, dans 10 ans ces arbres sont morts. C'est tout le paysage creusois qui est en train de changer."

Prairie aux abords de l'étang des Landes - Radio France
Prairie aux abords de l'étang des Landes © Radio France - Olivier Estran

Electrochoc

Valérie Simonet , la présidente du Département est également venue constater la triste situation:

"On est début juillet , je n'ai jamais vu ça de ma vie, il y'a l'étang des Landes bien sûr mais aussi tout l'environnement autour: des prés qui ne sont plus des prés , mais qui sont tout jaunes, ce que l'on voyait parfois seulement fin août."

"Depuis 3 ans, on connait le même genre de choses. Je prends conscience que nous Creusois, vivions avec une fausse idée en tête: on nous a répété que nous étions le château d'eau de la France : la plus fausse des idées puisqu'il s'agit essentiellement d'eaux de ruissellement. Tout ça est un électrochoc qui doit nous amener à mieux gérer l'eau et l'économiser."