Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Sécheresse en Gironde : des restrictions mais pas d'inquiétude

lundi 24 juillet 2017 à 18:08 Par Thomas Biet, France Bleu Gironde

Quand on regarde la carte des restrictions d'eau en France, la Gironde est toute rouge ! Mais la sécheresse qui frappe 81 départements n'est pas dramatique chez nous. Les agriculteurs restent confiants et les ressources paraissent suffisantes. Explications.

Serge Bergeon, le secrétaire général de la FDSEA de la Gironde devant ses plans de maïs
Serge Bergeon, le secrétaire général de la FDSEA de la Gironde devant ses plans de maïs © Radio France - Thomas Biet

Gironde, France

Vous avez peut-être vu passer la carte des restrictions d'eau qui détaille les 81 départements français en situation de sécheresse. Parmi eux, une vingtaine est en situation de crise. Et la Gironde est le seul département tout "rouge". Mais nous sommes encore loin de l’assèchement général. La carte des restrictions en Gironde "flashe" car la préfecture a pris une série de mesures (le dernier arrêté date du 21 juillet) pour limiter ou interdire le prélèvement de l'eau dans certains cours et sauvegarder l'eau potable (dont les ressources sont bien plus profondes et très peu utilisées par l'agriculture). Les rivières concernées ne sont pas ou très peu utilisées par les agriculteurs.

80% de la ressource en eau vient des nappes

Sur ce graphique du Bureau de recherches géologiques et minières, on voit la courbe bleue (2017) remonter d'un coup fin juin - Radio France
Sur ce graphique du Bureau de recherches géologiques et minières, on voit la courbe bleue (2017) remonter d'un coup fin juin © Radio France - Thomas Biet

L'une des particularités de la Gironde, c'est de bénéficier de nappes phréatiques en bonne santé. La gigantesque "nappe des sables" située sous les plantations de pins (à la frontière des Landes) assure plus de 72% de l'eau nécessaire aux cultures (plus de 80% si on prend l'ensemble des nappes). Or, cette nappe se porte plutôt bien. Elle se reconstitue rapidement grâce à un sol sablonneux qui filtre l'eau très rapidement. Paradoxalement, la situation des nappes de surfaces ou semi-profondes était bien plus préoccupante en janvier dernier. Leurs niveaux se situaient parfois en-dessous des plus bas historique enregistrés. Depuis les trois jours de fortes pluies en juin (autant de précipitations en 72h qu'en 60 jours !), ils sont revenus dans la moyenne. Avec la sécheresse de juillet, le niveau baisse à nouveau mais dans des proportions qui ne sont pas alarmantes.

"Ces cartes sont assez peu représentatives (...) les ressources en eau sont encore acceptables"

De petites rivières sous tension mais peu utilisées

Les rivières frappées d'interdiction ou de restrictions de prélèvement - le ruisseau de la Grave, la Gravouse, la Barbanne, le Glaude ou encore le ruisseau de la Virvée - sont très bas chaque été. Elle n'étaient de toute façon pas utilisées par l'agriculture et très peu pour des "activités de loisirs" (arrosage par exemple). C'est finalement le biotope local (les arbres qui entourent ces rivières) qui souffre le plus. Côté agriculture, les plants de maïs tirent un peu la langue, tout comme les asperges. Mais on a limité les dégâts à quelques jours des récoltes (pour le maïs).

"On a une baisse de 10% de la production avec le stres hydrique"

Les agriculteurs ne sont pas bêtes, cela fait des décennies qu'ils ont compris qu'on ne peut pas pomper l'eau de ces petites rivières (Thomas Larrieu responsable de l'irrigation à la Chambre d'agriculture)

Les grands cours se portent plutôt bien

La Gironde bénéficie a la chance de bénéficier aussi de 4 "grands" cours d'eau : la Garonne, la Dordogne, le Dropt et l'Isle Dronne. Leurs débits et leurs niveaux restent acceptables même si la situation est surveillée de près. Si la sécheresse devait durer encore 15 jours ou 3 semaines, d'autres mesures - plus fortes - seraient prises.