Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Sécheresse en Indre-et-Loire : les barrages maintiennent un niveau suffisant sur la Loire

-
Par , France Bleu Touraine

Alors que le niveau de la Loire semble au plus bas, les barrages du département assurent un soutien d'étiage.

Image d'illustration de la sécheresse dans la Loire
Image d'illustration de la sécheresse dans la Loire - Maxppp

Indre-et-Loire, France

Que ce soit à Tours, à Amboise ou à Langeais tout le monde constate que le niveau de la Loire est très bas. L'eau a laissé place à des bancs de sable. Au point que le fleuve semble pouvoir être traversé à pied, ou presque. Nombreux sont ceux qui se demandent pourquoi il n'y avait pas de lâchers de barrage en amont mais les barrages maintiennent un niveau suffisant. 

Les barrages de Naussac et Villerest, situés en amont, dans la Lozère et la Loire, lâchent 30 mètres cube par seconde, depuis le mois de juillet. 

C'est ce que l'on appelle un soutien d'étiage, c'est à dire le maintien d'un niveau convenable du fleuve. Ce soutien est modéré, afin de ne pas vider trop rapidement les réserves, ce qui pourrait là aussi, compliquer la situation. 

Pas de risque pour l'eau potable et pour les centrales nucléaires

Depuis le 19 juillet dernier, le soutien d'étiage est donc en diminution sur la Loire. Une décision qui s'accompagne de restrictions des prélèvements en eau du fleuve, par les agriculteurs, industries et particuliers.  

Pas de risques donc aujourd'hui pour les réserves en eau potable, ni pour le fonctionnement des centrales nucléaires. 

Sans les lâchers des barrages, la Loire serait à sec à Orléans, et son débit serait moitié moindre à Tours.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu