Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Sècheresse : la pénurie d'eau toujours possible en Corse

mercredi 6 septembre 2017 à 10:28 Par Hélène Battini et Marion Galland, France Bleu RCFM

Après la Haute-Corse la semaine dernière, le comité sécheresse de Corse-du-Sud s'est réuni ce mardi à Ajaccio. Les mesures de restriction d'eau sont maintenues dans tout le département.

Sècheresse : la menace de la pénurie d'eau plane toujours
Sècheresse : la menace de la pénurie d'eau plane toujours © Maxppp - maxppp

Corse, France

Les mesures de restriction d’eau prises cet été ont permis de gagner du temps, et le risque d'une pénurie que beaucoup craignaient s'éloigne. Cela étant, si la pluie ne fait toujours pas son apparition, le seuil limite sera atteint dans un mois, voire beaucoup plus tôt dans certaines zones…

Deux zones préoccupantes

Il y a deux zones de préoccupation en Corse aujourd’hui, la première en Balagne, à Calvi où l’aquifère de la Figarella atteint des niveaux de rabattement assez préoccupants avec des risques d’intrusion saline. Il est impératif de réduire les prélèvements sur cette source souterraine. La deuxième zone de préoccupation, la plus forte actuellement, est bien la plaine orientale. S’il n’y a pas de précipitations significatives dans les dix jours, il n’y aura d’autre choix que d’opérer à des mesures drastiques de réduction de la consommation de façon à répartir les seules ressources disponibles d’ici là.

Le cas agricole

Les différents arrêtés de restriction d'eau ont porté leurs fruits, et ont permis de gagner près d'un mois de réserve dans la plupart des micro régions, mais ce n'est pas le cas partout, dans la plaine orientale, le seuil critique sera donc atteint dans dix jours, la plaine où la quasi-totalité de l'eau est consommée par des agriculteurs. Henri Politi, chef du service exploitation à l'office hydraulique de Corse. « Les seules consommations que nous constatons en plaine orientale, sur la zone partant des portes de Bastia jusqu’à Ventiseri, sont exclusivement dédiées à l’agriculture avec de l’eau d’agrément pour l’arrosage des potagers. On peut considérer que plus de 80 % de la consommation d’eau en plaine orientale à partir des réseaux de l’office sont dédiés à la consommation agricole. »

Poursuite des restrictions

Romain Delmon, directeur de cabinet du préfet de Corse-du-Sud : « On vit toujours un été exceptionnellement sec. Au mois d’août il est tombé seulement 4% de la normale en termes de précipitation. Grâce aux efforts des partenaires, du comité sècheresse mais aussi des maires sur le terrain, et des professionnels le monde agricole, les stations de nettoyages, on voit que pour le risque de coupure qu’on estimait début juin à fin septembre on a gagné un mois, le risque apparait plutôt début novembre. Cela ne veut pas dire qu’il faut cesser les efforts, nos calculs intègrent la fin de la saison touristique et s’il n’y a pas d’eau qui tombe on peut avoir des coupures au mois de novembre. »

Sans aucune nouvelle pluie conséquente attendue donc, le monde agricole va se retrouver en pleine crise également et les autorités ont décidé de prendre les devants. « A la demande de la chambre d’agriculture la préfecture de Corse-du-Sud a lancé le travail qui mène à la reconnaissance de calamité agricole pour sècheresse en lien avec la chambre. On va continuer de travailler de manière très étroite avec la chambre pour analyser et essayer d’anticiper les difficultés qui pourraient naître dans le monde agricole. »

Le critère principal d'une reconnaissance de calamité agricole est le côté exceptionnel d'une situation, ce qui est le cas cette année dans l'île, mais les démarches seront longues.