Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Sécheresse : le gouvernement veut une gestion de l'eau plus économe

-
Par , France Bleu

Alors que 80 départements ont pris des mesures de restrictions d'eau cet été, les ministres de la Transition écologique et de l'Agriculture Nicolas Hulot et Stéphane Travert ont présenté, ce mercredi, des axes d'action pour la gestion de l'eau. La piste du stockage de l'eau en hiver fait polémique.

La sécheresse sévit notamment dans les Alpes-Maritimes, comme ici à Nice, où le fleuve du Paillon est asséché.
La sécheresse sévit notamment dans les Alpes-Maritimes, comme ici à Nice, où le fleuve du Paillon est asséché. © Maxppp - Sébastien Botella

Projets de stockage hivernal de l'eau, réutilisation des eaux usées traitées, ou encore réduction des fuites dans les canalisations : les ministres Nicolas Hulot (Transition écologique) et Stéphane Travert (Agriculture) ont présenté ce mercredi leurs "axes d'action" sur la gestion de l'eau, en Conseil des ministres. Des pistes de réflexion présentées alors qu'en plein épisode de sécheresse dans le pays, 80 départements font l'objet de restrictions d'eau. Parmi ces départements, 30 ont imposé l'arrêt des prélèvements d'eau non prioritaires, comme le lavage de voitures, l'arrosage de jardins ou le remplissage de piscines. "Cette situation exceptionnelle pourrait devenir commune à partir de 2050 en raison du dérèglement climatique," alertent les deux ministres.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Moins de fuites et une agriculture moins gourmande en eau

Selon les deux ministres, des "actions concrètes" doivent être mises en oeuvre de façon à "encourager la sobriété des usages et réguler en amont la ressources, grâce notamment à l'innovation". Ils proposent d'"engager les citoyens, les entreprises ainsi que les administrations dans des démarches d’économies d’eau", de poursuivre les investissements pour "accentuer la maintenance des réseaux afin de réduire au maximum les fuites dans les canalisations" ou encore de "développer une agriculture plus économe, moins gourmande en eau." L'Association nationale de défense des consommateurs et usagers (CLCV) a salué ce plan d'action."Il convient, non de pointer du doigt les agriculteurs, mais de modifier le système de subventions et de redevances qui favorise trop l’irrigation intensive et ne récompense pas assez les bonnes pratiques des agriculteurs volontaires", a déclaré la CLCV par communiqué.

Le stockage hivernal de l'eau suscite la polémique

Les ministres souhaitent également "réaliser, là où c’est utile et durable, des projets de stockage hivernal de l’eau afin d’éviter les prélèvements en période sèche." Mais pour certaines associations environnementales, c’est une mauvaise solution car cela peut perturber le cycle de l’eau et les espèces aquatiques. Jean-Claude Bévillard, administrateur de France Nature Environnement, a déclaré ce mercredi sur franceinfo que la mesure n'était "pas mauvaise dans l'absolu, mais il faut que les retenues d’eau soient limitées à ce qu’il est possible de faire sans porter atteinte au milieu". Pour lui, si l'on prélève en hiver, "au moment où la nature peut se recharger en eau, on va aboutir à des niveaux d’eau plus bas."

Des projets dans les territoires

Nicolas Hulot propose d'élaborer un deuxième plan national d'adaptation au changement climatique d'ici la fin de 2017, le dernier portant sur la période 2011-2016. Il compte mettre en place une cellule d'expertise pour dénouer les éventuelles difficultés administratives rencontrées par les territoires dans la gestion de l'eau. Cette cellule examinera les projets et verra comment "accélérer leur réalisation".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess