Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Sécheresse : le Rhône a perdu un tiers de son débit

dimanche 12 novembre 2017 à 5:35 Par Victor Vasseur, France Bleu Drôme Ardèche et France Bleu Vaucluse

Il n'y a pas seulement les champs et les lacs qui souffrent de la sécheresse, il y a aussi les fleuves, comme le Rhône. Il a perdu un tiers de son débit depuis le printemps. En cause : le manque de pluie ces derniers mois.

Le débit du Rhône est tombé en dessous de 250m3/s en octobre et début novembre.
Le débit du Rhône est tombé en dessous de 250m3/s en octobre et début novembre. © Radio France - Victor Vasseur

Drôme, France

En octobre et début novembre à Valence, le débit du Rhône est tombé à 200m3/s. C'est quatre fois moins que la moyenne. Ce déficit d'eau a des répercussions financières pour la Compagnie Nationale du Rhône. Mais pas seulement : "Nous devons aussi, par exemple, alimenter les centrales nucléaires. S’il n’y a plus d’eau, comment nous allons faire ?" se demande Elisabeth Ayrault, la patronne de la CNR. "Nous avons l’irrigation aussi pour l’agriculture. Il y a l’eau potable et les poissons. Ensuite, seulement, c’est l’hydroélectricité et les chiffres d’affaires."

La production d’électricité en baisse.

Cette baisse du débit de l’eau n’est pas visible regrette la PDG de la Compagnie Nationale du Rhône : "Beaucoup de gens ne le voient pas, alors que quand il y a moins d’eau dans son fleuve, on devrait être préoccupé. On est habitué à voir le Rhône passer, à penser qu’il est éternel, alors qu’il ne l’est pas."

"C’est pire qu’une baisse de 30% mais elle est compensée par la fonte des glaces. Ils fondent et alimentent le Rhône. On vit à crédit." Elisabeth Ayrault, PDG de la CNR.

A Bourg-Lès-Valence, Beauchastel, Baix-le-Logis-Neuf et Montélimar, les aménagements hydroélectriques tournent au ralenti. La production a baissé de 35%.

Une année historique

"Cette sécheresse a un impact sur la navigation" confie Christophe Dorée, le directeur territorial Rhône-Isère de la CNR. "Les bateaux, aujourd’hui, ont un tirant d’eau de trois mètres qu’ils doivent respecter. Mais il y a des endroits de la navigation où l’espace de trois mètres entre le fond et le bateau est difficile à tenir."

Il faut remonter à 2011 pour voir un débit aussi bas dans le Rhône. Même si des précipitations sont prévues dans les prochains jours, 2017 restera une année historique.