Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Seine-et-Marne : des bassins pour éviter la crue de la Seine à Paris, le projet est enfin sur les rails

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Le projet de bassins de rétention en amont de la Seine pour éviter les inondations dans la capitale va voir le jour. Une série de retenues pour stocker l’eau va être construite dans la Bassée, entre Montereau-Fault-Yonne et Bray-sur-Seine.

La Seine en crue au niveau de l'Hôtel de ville à Paris.
La Seine en crue au niveau de l'Hôtel de ville à Paris. © Radio France - Nicolas Olivier

Pour éviter les inondations dans la capitale et en Seine et Marne, une dizaine de casiers écrêteurs de crue vont être aménagés amont de la Seine, dans la Bassée, entre Montereau-Fault-Yonne et Bray-sur-Seine 

L'idée remonte aux années 90 mais le projet a été stoppé après 2012. En 2018, il est enfin sur les rails. La Métropole du Grand Paris vient de débloquer cinq millions deux d'euros pour des études et les premières acquisitions foncières. Un calendrier a été décidé et le premier coup de pioche aura lieu fin 2020. Il faut dire que l’ampleur des dernières inondations et leurs factures incitent à agir. Pour le bassin de la Seine, les crues de 2016 ont coûté 1,2 milliard d'euros et 300 millions de plus pour celle de 2018.

Cette fois-ci, l’Etat et les décideurs y mettent les formes et présentent un projet plus acceptable pour les habitants"

Il y a six ans, l'Etat et les décideurs s’étaient heurtés à la résistance des riverains qui refusaient de voir leur territoire inondé pour "protéger les parisiens". Ce sentiment était très fort en Seine-et-Marne. Traditionnellement, le département récupère ce qui dérange Paris, comme les poubelles et des déchets, sans avoir beaucoup d’avantages.

Des contreparties

Cette fois ci, on a procédé autrement avec des consultations d'élus, d'agriculteurs, de chasseurs qui sont nombreux avoir des étangs ici, pour arriver à un projet de casiers, ou plus exactement d’espaces entourés de digues paysagères, qui seront laissés à leur propriétaire pour être cultivé par exemple, mais dans lesquels, en cas de crue importante, l'eau de la Seine sera stockée par un système de pompe. Des dédommagements aux propriétaires et aux exploitants agricoles sont prévus pour cette servitude nouvelle.

La Bassée en Seine-et-Marne, ancienne gravière - Radio France
La Bassée en Seine-et-Marne, ancienne gravière © Radio France - Isabelle Piroux

Un projet énorme à 600 millions d’euros

Six cents millions d'euros, c'est ce qu'il faut dépenser pour faire baisser la Seine à Paris de 30 à 40 centimètres en cas de crue. Le projet total prévoit que, sur 2.300 hectares, dix espaces seront fermés par 58 kilomètres de digues, alimentés par des stations de pompage qui permettront de retenir 55 millions de mètres cubes d'eau. Ces espaces seront paysagers et réaménagés pour accueillir une plus grande variété de plantes et d’animaux. La Bassée est une zone humide remarquable, le projet doit aussi restaurer son écosystème et le valoriser.

Le premier site pilote doit voir le jour en 2023. Il est à cheval sur les communes de Chatenay-sur-Seine, Gravon, Egligny et Balloy. En cas de crue, il devrait faire baisser le niveau de la Seine de huit à dix centimètres à Paris. Il coûtera 115 millions d’euros.

Qui va financer ce projet ?

L’État via le fond de prévention des risques, alimenté par les primes d’assurance, prendra en charge 50 % de la somme. La Métropole du Grand Paris qui, depuis 2018, a une compétence de gestion des milieux aquatiques et de prévention des inondations (GEMAPI) devrait financer 30 % de la somme. Les 20 % restants seront versés par l’Établissement Public Territorial de Bassin Seine et Grand Lacs.

La Bassée en Seine-et- Marne. Des cygnes dans une ancienne gravière - Radio France
La Bassée en Seine-et- Marne. Des cygnes dans une ancienne gravière © Radio France - Isabelle Piroux

La partie paysagère et la restauration de la biodiversité dans cette zone humide pourront faire l’objet de financements complémentaires de la Région Île-de-France, de l’Agence de l’Eau, ou du Département de Seine et Marne. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu