Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Séisme en Indonésie : une Toulousaine raconte la frayeur vécue avec sa famille

lundi 6 août 2018 à 16:45 Par Stéphanie Mora, France Bleu Occitanie et France Bleu

Au moins 98 morts, des centaines de blessés et 2000 touristes évacués : le séisme survenu dans l'archipel indonésien dimanche a été violent et plonge cette destination paradisiaque dans une situation tendue. Parmi les Français présents sur place, une toulousaine nous raconte ce qu'elle vit.

2000 touristes sont évacués ce lundi des îles Gili et Lombok en Indonésie suite au puissant tremblement de terre qui a secoué l'archipel la veille.
2000 touristes sont évacués ce lundi des îles Gili et Lombok en Indonésie suite au puissant tremblement de terre qui a secoué l'archipel la veille. © Maxppp - Xinhua/Liang Fangfang

Toulouse, France

Emmanuelle Durand-Rodriguez est en vacances à Bali depuis quelques jours. La famille toulousaine loue une maison dans le centre de l'île la plus touristique de l'Indonésie, à Ubud. Elle a vécu le premier tremblement de terre du 29 juillet, presque sans réaliser. Un premier événement "que, sur le moment, nous avons pris pour un orage" dit-elle.  En revanche, le séisme de magnitude 6.9 survenu une semaine plus tard, ce dimanche, fut bien plus marquant pour nos touristes toulousains. 

"C’était le début de la soirée. Nous venions de passer la fin de l’après-midi dans la villa. Nous nous apprêtions à sortir pour la soirée. J’étais au premier étage quand brutalement j’ai ressenti un puissant vrombissement. J’ai su presque instantanément qu’il s’agissait d’un séisme d’autant qu’au même moment j’ai entendu ma fille qui était seule dehors crier très fort car elle voyait le sol trembler. D’autres cris retentissaient aussi depuis la ruelle habitée par des Balinais. Le sol a continué à gronder et trembler ainsi que les murs, l’escalier et les vitres". 

"Quelques secondes après nous étions tous les six regroupés dans le jardin, le plus loin possible des murs, tremblants de peur. Une vague d’eau, sortie quelques secondes plus tôt, refluait vers la piscine. C’était extrêmement impressionnant. Le silence est retombé sur le quartier. On s’est tous serrés très fort puis nous avons rejoint la rue où tout le monde se parlait et tentait de se rassurer". 

Sur sa page Facebook, Emmanuelle Durand-Rodriguez confie les états émotionnels par lesquels elle et les siens sont passés en quelques minutes : "on a pleuré, puis ri puis pleuré".

Selon la toulousaine, qui est journaliste de profession, il n'y a pas eu de blessé ni de dégât à Ubud. "Rapidement, la circulation est repartie et les Balinais ont repris le fil de la vie, raconte-t-elle. Une réplique a eu lieu alors une nous étions dans un bar moins d’une heure après le séisme. Les serveurs et les serveuses nous ont immédiatement fait sortir dans la rue. Ils pleuraient et priaient, serrés les uns contre les autres. Eux aussi avaient peur, ça ne nous a pas rassuré". 

"Pas totalement zens"

Autour des Toulousains se trouvent de nombreux touristes français qui ne parlent évidemment que du séisme 24 heures après. Emmanuelle et sa famille ne sont pas concernés par l'évacuation des touristes qui a lieu sur les îles voisines de Lombok et Gili, plus durement touchées. La famille poursuit son voyage sur la côte est de Bali, mais la journaliste l'avoue : "pas totalement zens mais impressionnés par la force vitale des Balinais et leurs si chaleureux sourires".