Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Séisme : la Terre a tremblé dans le Doubs

mercredi 22 novembre 2017 à 22:57 Par Nicolas Wilhelm, France Bleu Belfort-Montbéliard et France Bleu Besançon

Très peu de personnes l'on ressenti mais la Terre a tremblé dans le Doubs cette semaine. Un séisme de magnitude 2,7 sur l'échelle de Richter a été ressenti dans la nuit de mardi à mercredi à 0h42 du matin.

Le séisme de magnitude 2,7 a été ressenti à une vingtaine de kilomètres de Montbéliard
Le séisme de magnitude 2,7 a été ressenti à une vingtaine de kilomètres de Montbéliard © Maxppp - Jean-Marc Loos

Doubs, France

Compte tenu de sa faible intensité, il n’y a eu aucun dégât évidemment mais un séisme a été mesuré dans la nuit du 21 au 22 novembre. Il n’a duré que quelques secondes. L'épicentre se situait à une vingtaine de kilomètres de Montbéliard dans le secteur de Sancey le Grand.

Des habitants de Vellerot les Belvoir et Vyt les Belvoir réveillés en pleine nuit

Les sismomètres, ces appareils qui permettent d'analyser l'intensité des tremblements de terre, sont formels. Ils ont bien enregistré une secousse de magnitude 2,7 sur l'échelle de Richter dans la nuit de mardi à mercredi à 0h42. Les experts s'appuient aussi sur le témoignage de deux habitants des communes de Vellerot les Belvoir et Vyt les Belvoir qui se sont exprimés sur le site franceseisme.fr. " Ces témoins ont indiqué qu'ils avaient été inquiétés ou effrayés par un bruit et des effets relativement faibles mais qui les ont tiré de leur sommeil. Ca a bougé faiblement. Les tremblements ont été légers sur le mobilier. Il y a eu aussi des bruits de vibrations sur les portes fenêtres. Dans l'échelle des intensités, c'est le premier niveau " analyse Christophe Sira, ingénieur d'études CNRS au bureau central sismologique français basé à Strasbourg.

Ces habitants des communes Vellerot les Belvoir et Vyt les Belvoir se trouvaient à proximité de l'épicentre. " Plus le séisme est petit, plus il faut être proche de l'événement pour le ressentir. Un séisme de magnitude 5,3 comme celui de Rambervillers dans les Vosges en 2003 avait été ressenti jusqu'à 650 kilomètres de l'épicentre" ajoute l'expert des tremblements en terre.

Le souvenir de 2004

On enregistre en France chaque année entre 1 500 et 2 000 événements sismiques. Le tremblement de terre ressenti cette semaine n’est donc pas un événement exceptionnel. « Cela démontre que l'activité continue, que l’écorce terrestre bouge. C’est ce que l’on enregistre chaque jour » comme Christophe Sira. Un séisme n'attire réellement l’attention des sismologues qu’à partir d’une magnitude de 3,5 ressentie jusqu'à 30 km de l'épicentre. Il y une vingtaine d’événements de ce type par an en France. Dans la région, le séisme le plus marquant de ces dernières années date du 23 février 2004 avec des secousses de magnitude 5,1 sur l'échelle de Richter. Elles avaient été ressenties dans un rayon de 300 km autour de l’épicentre : la commune de Roulans dans le Doubs. Il y avait eu des dégâts notamment des fissures apparues sur des murs de maisons et de nombreuses coupures de courant dans le Doubs. L'an dernier, le Jura avait enregistré une série de secousses sismiques dont les magnitudes étaient restées inférieures à 3 , c'était le 3 décembre 2016. Il y a presque un an...

Une centaine de sismomètres est répartie sur l’ensemble du territoire français. Ils sont disposés dans toutes les régions sismiques du pays (Pyrénées, l’arc alpin, le fossé Rhénan, …). Leurs signaux arrivent en temps réel sur les écrans du bureau central sismologique français de Strasbourg.