Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Selon Reporterre, Belleville-sur-Loire pourrait accueillir une piscine géante de stockage de déchets très radioactifs

mardi 13 février 2018 à 8:00 - Mis à jour le mardi 13 février 2018 à 10:56 Par Carl Dechâtre, France Bleu Auxerre, France Bleu Berry, France Bleu Orléans, France Bleu Touraine et France Bleu

C'est le site internet Reporterre.net qui le révèle : la centrale de Belleville-sur-Loire dans le Cher pourrait devenir le 2e plus grand site de stockage de déchets hautement radioactifs de France après la Hague. Le site stockerait notamment du combustible MOX, considéré comme un des plus dangereux.

Le site de la centrale de Belleville/Loire pourrait accueillir une gigantesque piscine de déchets nucléaire d'après le magazine en ligne Reporterre
Le site de la centrale de Belleville/Loire pourrait accueillir une gigantesque piscine de déchets nucléaire d'après le magazine en ligne Reporterre © Maxppp - Stéphanie PARA

Belleville-sur-Loire, Cher, Centre-Val de Loire, France

L'information révélée par nos confrères du quotidien en ligne Reporterre.net - après une enquête de trois mois - est une véritable bombe pour le Berry : EDF envisagerait de créer sur le site de La centrale de Belleville-sur-Loire (située à l'extrême Est du Cher) un des plus importants sites de stockage de déchets hautement radioactifs de France après La Hague. A côté des deux réacteurs de la centrale, l'opérateur d'électricité installerait - toujours selon nos confrères - une piscine de désactivation de combustible nucléaire dite "piscine d'entreposage centralisé" et pouvant recueillir "6.000 à 8.000 tonnes de métal lourd irradié" soit, précise Reporterre.net, "l’équivalent de 69 à 93 cœurs de réacteur nucléaire de combustibles brûlants et hautement radioactifs" 

Combustible MOX usagé

EDF serait poussé à la création de ce nouveau important site de stockage en raison de l'insuffisance des espaces actuels d'entreposage à La Hague. Le site de Belleville serait idéal car il remplirait plusieurs critères essentiels pour EDF : situé au centre de la France ; disposant d'une large réserve foncière, suffisante pour créer la piscine de stockage ; et disposant d'une desserte ferroviaire directe pour l'acheminement des déchets, plus sûre que la route. Un dernier point très important car le site servirait au stockage d'un type de déchets très dangereux : du combustible MOX (mélange de plutonium et d'uranium) usé qui dégage une chaleur intense et une très forte radioactivité. Ce combustible après son utilisation en centrale nucléaire met dix fois plus de temps à refroidir qu'un combustible classique (50 ans contre 5 à 8 ans). Sa radiotoxicité serait également 2 à 7 fois supérieure d'où le besoin de vastes piscines de stockage laissant le temps au combustible de refroidir.

Omerta totale

Ce projet extrêmement sensible est mené dans une discrétion absolue. Contacté par Reporterre.net, EDF n'a "ni confirmé ni infirmé cette information" mais précisé qu'officiellement, de son côté "aucune décision n'est prise pour le moment" concernant l'implantation du site. 

Côté élus, nos confrères ont tenté de contacter la mairie de Belleville-sur-Loire, le conseil départemental du Cher, le conseil régional du Centre Val-de-Loire, les députés et les sénateurs, ainsi que la Commission locale d’information de Belleville. "Personne n’a répondu - précise l'article - à l’exception de François Cormier-Bouligeon, député (La République en Marche) du Cher, qui dit ne pas être au courant". Une absence d'information qui étonne le rédacteur en chef de Reporterre.net, Hervé Kempf, compte-tenu de l'importance de l'impact d'un tel projet.

Un projet qui cependant mettrait, depuis sa conception jusqu'à sa réalisation, au moins 15 ans à voir le jour.