Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Site d'enfouissement de Roche-la-molière : un arrêté préfectoral, bientôt une contestation au tribunal administratif ?

vendredi 9 mars 2018 à 19:20 Par Angy Louatah, France Bleu Saint-Étienne Loire

Le 23 février dernier, le préfet de la Loire a bel et bien pris un arrêté prolongeant et augmentant l'exploitation du site de Borde Matin à Roche-la-Molière (Loire) pour le groupe Suez. Les opposants, élus ou associations, ont désormais deux mois pour contester l'arrêté.

Le site d'enfouissement de déchets de Borde Matin a Roche-la-Molière.
Le site d'enfouissement de déchets de Borde Matin a Roche-la-Molière. © Radio France - Justine Dincher

Roche-la-Molière, France

Le site d'enfouissement de Borde Matin, à Roche-la-Molière, pourra être exploité par Suez jusqu'en 2053, la capacité d'accueil sur une année augmentera même sur les prochaines années par rapport à aujourd'hui, avant de la réduire par la suite, ce qui ouvre la porte à l'arrivée de déchets de l'ensemble de la région.

Le préfet de la Loire a pris cet arrêté le 23 février, il a tenu à préciser ce vendredi que la demande initiale de Suez était plus importante que ce qui est accordé dans les nouvelles conditions d'exploitation. Il explique via un communiqué : "la demande initiale de l'exploitant portait sur 500.000 tonnes [...] L'autorisation accordée se situe très en deça puisque pour 2018 - 2019, la quantité autorisée est de 423.000 tonnes par an, de 2020 à 2024, 357.000 tonnes par an, de 2025 à 2053, 270.000 tonnes par an". 

Sauf qu'en ce moment, le tonnage annuel est à 300 000, et si cette décision préfectorale était attendue, elle pourrait pousser certains élus à durcir le ton, en l’occurrence, cela signifierait contester l'arrêté devant le tribunal administratif. Regis Juanico, le député PS de la Loire ne doute pas que, qu'il s'agisse d'élus ou d'associations opposées au projet, il y aura probablement contestation devant le tribunal administratif.