Climat – Environnement

Situation hydrologique difficile en Côte-d’Or

Par Jacky Page, France Bleu Bourgogne lundi 21 août 2017 à 6:00

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Maxppp - Pascal Bonnière

Les réserves d'eau potable diminuent en France. Le Bureau de recherches géologiques et minières révèle qu'au premier août, près des trois quarts des nappes phréatiques étaient à un niveau bas, voire très bas. C’est le cas en Côte-d’Or.

Toutes les nappes dans le département sont inférieures aux normales de saison. On paye le prix des mois de mai et juin très secs, qui ont suivi un hiver et un printemps au cours desquels les nappes n'ont pas pu se recharger convenablement. Les niveaux sont bas, voire très bas, sans pour autant atteindre des records. Des nappes comme celles de la Tille et de Dijon-sud sont particulièrement affectées. Le seuil de crise est franchi pour les bassins versants de la Biètre et de l'Ource.

Les averses n'ont pas d'influence sur les nappes

Pourtant, en juillet le ciel a été souvent couvert, avec de bonnes averses orageuses. Mais pas de quoi faire remonter le niveau des nappes profondes. En revanche, en surface, ces pluies ont été bénéfiques, les prairies restent vertes, et le débit des rivières a pu remonter ponctuellement au gré de ces précipitations. On reste sur des niveaux de cours d'eau plus bas que la moyenne, mais sans que ce soit exceptionnel. La situation hydrologique est donc difficile, mais on n'est pas en crise comme en 2003.

Rappelons que la préfecture de la Côte-d'Or a promulgué depuis le 26 juin des mesures de restriction des usages de l'eau.