Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Strasbourg : trois militants qui avaient décroché un portrait d'Emmanuel Macron relaxés par le tribunal correctionnel

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu

Trois militants écologistes qui avaient décroché le portrait d'Emmanuel Macron à la mairie de Kolbsheim ont été relaxés ce mardi par le tribunal correctionnel de Strasbourg. Ils étaient poursuivis pour vol en réunion.

Les 3 militants après leur relaxe avec Germaine, figure de la lutte anti-GCO à Kolbsheim
Les 3 militants après leur relaxe avec Germaine, figure de la lutte anti-GCO à Kolbsheim © Radio France - Olivier Vogel

Les faits remontent au 5 mars à Kolbsheim, une quarantaine de militants, dont certains membres du collectif Action non-violente Cop 21 se rendent à la mairie pour y décrocher le portrait d'Emmanuel Macron, lequel a été promené en procession jusqu'au proche chantier du GCO, le grand contournement ouest de Strasbourg, une autoroute à péage qui est en train de se construire et qui suscite une forte opposition dans la région. 

À l'issue de cette balade militante, le portrait a été réinstallé à sa place. Le maire, Dany Karcher, avait donné son accord tacite à cette action et a toujours refusé de porter plainte. C'est le parquet qui avait engagé des poursuites pour "vol en réunion".

Devant le palais de justice de Strasbourg
Devant le palais de justice de Strasbourg © Radio France - Olivier Vogel

Présentés comme des lanceurs d'alerte

A la barre, les trois militants âgés de 24, 30 et 46 ans, ont insisté sur le caractère non-violent de leur action menée pour secouer les consciences face à l'urgence climatique, leurs avocats les ont présentés comme des lanceurs d'alerte avant de plaider la relaxe. Le parquet, lui, réclamé des peines d'amende avec sursis, mais le tribunal n'a pas suivi les réquisitions du ministère public et relaxé les 3 militants, considérant qu'ils avaient agi avec l'accord tacite du maire. L'un des trois militants a toutefois été condamné mais dispensé de peine, pour s'être soustrait à un prélèvement ADN lors de son audition par les gendarmes.

200 personnes sont venues soutenir les 3 militants devant le palais de justice de Strasbourg
200 personnes sont venues soutenir les 3 militants devant le palais de justice de Strasbourg © Radio France - Olivier Vogel
Choix de la station

À venir dansDanssecondess