Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Sur la plage d'Étretat, jusqu'à 400 kilos de galets enlevés chaque jour par les touristes

Certaines plages normandes se vident peu à peu de leurs galets : le constat n'est pas nouveau, mais devient alarmant à chaque fin d'été. En effet, l'afflux de touristes est la principale cause de la pénurie, surtout à Étretat. État des lieux en cette fin de saison estivale.

Le galet est l'essence même de nos plages normandes : on aime le jeter le plus loin possible, faire des ricochets ... mais interdiction de le retirer de la plage !
Le galet est l'essence même de nos plages normandes : on aime le jeter le plus loin possible, faire des ricochets ... mais interdiction de le retirer de la plage ! © Radio France - Simon de Faucompret

Étretat, France

Quand on a passé des vacances à la plage, la tentation est grande de garder un petit souvenir en repartant. Sur nos côtes normandes, garnies de galets plus ou moins fins (et confortables), on pourrait se dire qu'un petit caillou de plus ou de moins ne ferait pas de mal. Sauf qu'à Étretat (Seine-Maritime), l'association "Touche pas à mes galets" alerte depuis sa création, en 2016, sur des niveaux de galets toujours plus bas sur la plage.

Jusqu'à 400 kilos de galets par jour

"Les gens disent toujours qu'ils n'en prennent que cinq ou six, mais multiplié par les milliers de visiteurs ..." Étienne Hamel est conseiller délégué à la ville d'Étretat, en charge du littoral. Il nous emmène sur la digue en béton qui surmonte la plage pour constater les dégâts. "Ici, il y a des années, c'était du galet. Aujourd'hui, il y a un volume de trois mètres qui sont partis."

Plus d'un million de touristes visitent Étretat chaque année. D'après la municipalité, l'effet sur les galets est conséquent. - Radio France
Plus d'un million de touristes visitent Étretat chaque année. D'après la municipalité, l'effet sur les galets est conséquent. © Radio France - Simon de Faucompret

La fin de l'été, c'est l'un des pires moments, pour une raison bien simple : le tourisme de masse. Des touristes, Étretat en accueille plus d'un million par an. Et la municipalité travaille étroitement avec l'association "Touche pas à mes galets" pour tenter d'en étudier l'impact. "On évalue à 300 ou 400 kilos de galets qui s'en vont tous les jours, en plein été", révèle l'élu, également membre de l'association. "Cette épaisseur-là, c'est ce qui protège la ville naturellement ! Ça disparaît de façon continue."

Certains, d'ailleurs, ne pensent pas à mal ! Comme Isa, 3 ans et demi, qui s'amuse à remplir un petit sac en plastique de galets. "Elle a commencé à ramasser, mais on lui a demandé gentiment de les reverser sur la plage", sourit Sylvia, une habitante de Paris qui visite Étretat plusieurs fois par an. "Si tous les touristes font ça, ce n'est pas bon !"

Pas facile d'arrêter le phénomène

"On fait la chasse comme on peut, mais ce n'est pas évident", avoue Étienne Hamel. Depuis 2009 déjà, un arrêté municipal a mis en place une amende de 90 euros pour quiconque se fait attraper le galet dans le sac à Étretat. Mais l'amende est rarement donnée : "Ce sont souvent des étrangers, qui parlent mal la langue ou qui ignorent la règle", précise Étienne Hamel. En réaction, des affiches d'information sont placardées dans la commune. "Il y en a partout !" annonce son épouse Paulette, qui fait aussi partie de "Touche pas à mes galets". "Dans plusieurs langues, avec des pictogrammes ..." C'est elle qui gère la page Facebook de l'asso, qui publie de nombreuses photos sur l'état de la plage.

Et les membres de l'association font eux aussi la "police", même si leur champ d'action est réduit : "On voit des gens qui ramassent, individuellement on va les voir pour leur expliquer", précise Étienne. Les trois quarts du temps, ça se passe bien, mais ... "Quelquefois, ça se passe très très mal. J'ai failli me faire casser la figure deux fois sérieusement", se souvient-il. 

Étienne et Paulette Hamel, Étretatais d'origine, militent depuis plus de 10 ans pour préserver la plage de galets de leur commune. - Radio France
Étienne et Paulette Hamel, Étretatais d'origine, militent depuis plus de 10 ans pour préserver la plage de galets de leur commune. © Radio France - Simon de Faucompret

Mais attention : tout n'est pas à mettre sur le dos des touristes ! L'association a également décelé d'autres causes à cette pénurie croissante de galets sur le front de mer étretatais : il y a également les vents de sud-ouest dominants, ainsi que les changements de courant qui en emmènent une bonne partie au nord, vers la plage de Fécamp (Seine-Maritime).

Choix de la station

France Bleu