Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Sûreté nucléaire : événements signalés en hausse à Cattenom en 2017

lundi 11 juin 2018 à 17:54 Par Cécile Soulé, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu Sud Lorraine

Dans son bilan 2017 de la sûreté nucléaire, l'ASN, l'autorité de sûreté nucléaire estime que Cattenom est dans la moyenne des autres sites français mais appelle la centrale mosellane a la vigilance car le nombre d'événements significatifs signalés l'an dernier est en hausse.

La centrale EDF de Cattenom.
La centrale EDF de Cattenom. © Radio France - François Pelleray

Cattenom, France

La centrale de Cattenom se situe dans la moyenne des centrales françaises en terme de sûreté nucléaire. C''est le bilan dressé ce lundi à Metz pour l'année 2017 par l'ASN, l'autorité de sûreté nucléaire, organisme indépendant chargé de contrôler le parc nucléaire français. L'an dernier, l'ASN a fait 25 inspections à Cattenom et en 2017, la centrale mosellane a déclaré 52 évènements "significatifs", c'est-à-dire des événements qui sortent des procédures normales. Ils sont en hausse par rapport aux années précédentes, l'ASN appelle donc la centrale à plus de vigilance. 

52 événements signalés en 2017 contre 35 en 2015 et 43 en 2016

Car seulement 35 événements significatifs avaient été signalés en 2015, et 43 en 2016. La centrale de Cattenom en a donc subi un peu plus l'an dernier. Même si Cattenom reste dans la moyenne des autres sites français en terme de sûreté nucléaire. Le gendarme du nucléaire ne remet pas non plus en cause le recours aux sous-traitants, souvent pointé du doigt en terme de sécurité par les militants anti-nucléaires. 

Les 52 événements signalés l'an dernier sont essentiellement des erreurs d'inattention sur des opérations courantes de maintenance ou d'exploitation. Les 6 événements les plus sérieux de l'année ont été inscrits au niveau 1 et 2 de l'échelle internationale Inès, qui en compte 7. Ils concernaient notamment la résistance au risque de séisme, suivie de près après l'accident de Fukushima.

Pierre Bois, chef de division de l'ASN pour la région Grand Est

L'ASN qui contrôle aussi les sites médicaux utilisant des rayons se dit également vigilante vis-à-vis du centre privé de radiothérapie de Metz, à la clinique Claude Bernard où "les médecins font bien leur travail", précise l'ASN mais où "un conflit entre associés limite la démarche qualité et la gestion des risques".