Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Suspension du métam-sodium : "Une décision couperet" selon les maraîchers nantais

vendredi 26 octobre 2018 à 15:46 Par Paul Sertillanges, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Les maraîchers nantais se disent inquiets de la décision prise par le gouvernement ce vendredi, de suspendre l'utilisation du métam-sodium jusqu'à fin janvier. Ils regrettent de ne pas avoir été consultés et affirment que les alternatives à leur disposition sont trop chères et trop peu efficaces.

Les alternatives au métam-sodium sont jugées trop onéreuses par les maraîchers.
Les alternatives au métam-sodium sont jugées trop onéreuses par les maraîchers. © Maxppp - Christian Watier

Nantes, France

L'arrêté a été publié ce vendredi 26 octobre au matin, dans le Journal officiel : l'utilisation du métam-sodium est suspendue jusqu'au 31 janvier sur tout le territoire national

"C'est une décision couperet, s'exclame Philippe Retière, président de la fédération des maraîchers nantais. Nous aurions aimé être consultés puisque nous sommes reconnus comme étant experts dans ce domaine. On aurait pu apporter certaines informations sur le sujet". 

"Un produit intéressant écologiquement" 

Les maraîchers voient dans l'utilisation du métam-sodium un moyen de ne pas utiliser de produits phytosanitaires. "En effet, le métam-sodium permet de désinfecter le sol avant de semer, explique Philippe Retière. À aucun moment les légumes ne sont en contact avec un produit chimique donc il n'y a aucun risque à la consommation. Le métam-sodium est même un produit intéressant écologiquement".

Le risque existe lors de la pose du métam-sodium sur le sol. Il doit être plaqué et gelé grâce à une machine agricole munie d'un rouleau compresseur. Si l'action est mal réalisée, des vapeurs peuvent s'échapper et causer des intoxications dans les zones environnantes. 

Le président de la fédération des maraîchers nantais veut rassurer : "Tous les maraîchers nantais se servant du métam-sodium sont obligatoirement formés à l'utilisation de cette machine, conformément à un arrêté départemental datant de 1999. Il y a des rappels à la formation tous les cinq ans".

Des alternatives jugées trop chères

Il existe deux principales alternatives au métam-sodium : la solarisation et la désinfection à la vapeur. Aucune n'utilise des produits chimiques.

La solarisation consiste à chauffer le sol à plus de 50 degrés grâce à une bâche et aux rayons du soleils. Une méthode qui fonctionne très bien dans le sud-ouest mais beaucoup moins en Loire-Atlantique. On ne l'utilise ici que sous serre. 

L'alternative 100% naturelle la plus utilisée ici, notamment par les maraîchers bios, c'est la désinfection à la vapeur. On l'injecte directement dans le sol pour nettoyer les parasites. 

Le problème, selon les maraîchers nantais, c'est que c'est bien trop cher. Exemple : pour traiter un hectare de terre avant le métam-sodium, c'est trois heures de travail, avec la vapeur, c'est 40 heures de travail.  

Les maraîchers affirment qu'ils vont devoir en urgence adopter ces mesures. Conséquence : toutes les terres ne pourront pas être désinfectées, et donc ne pourront pas être utilisées.