Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement DOSSIER : Tempête Klaus, 10 ans après

Tempête Klaus : Mamie Chaussette reboise la forêt landaise depuis dix ans

lundi 21 janvier 2019 à 6:06 Par Valérie Mosnier, France Bleu Gascogne et France Bleu

Dans la nuit du 23 au 24 janvier 2009, la tempête Klaus ravageait la région. Dans les Landes, 500.000 hectares de pins sont touchés, quasiment la moitié à terre. À plusieurs centaines de kilomètre de là, une Dijonnaise est émue aux larmes. Mamie Chaussette décide de reboiser la forêt.

En 2009, à Dijon, devant sa télé et les images de la forêt landaise dévastée, Annick Mathieu, surnommée Mamie Chaussette va pleurer et se mobiliser
En 2009, à Dijon, devant sa télé et les images de la forêt landaise dévastée, Annick Mathieu, surnommée Mamie Chaussette va pleurer et se mobiliser © Radio France - Bernard Tessier

Landes, France

Il y a dix ans, la tempête Klaus ravageait la région. Le vendredi 23 janvier 2009, Météo France émet la première alerte rouge de la région pour une tempête, depuis la création du système de vigilance, en 2001. Elle concerne la Gironde, les Landes, les Pyrénées-Atlantiques, le Gers, la Haute-Garonne, et les Hautes-Pyrénées. Comme prévu par la météo, le samedi matin 24 janvier, vers 4 heures, le vent se lève, Klaus déferle sur le littoral aquitain et se déchaîne jusqu’à la mi-journée. La forêt landaise est dévastée. 

Devant sa télé, à Dijon, Mamie Chaussette va pleurer et se mobiliser. Mamie Chaussette, de son vrai nom Annick Mathieu, créé une association "Un enfant peut sauver un arbre". Elle collecte de l'argent, dans une chaussette qui lui sert de tirelire. Depuis dix ans, elle vient chaque année pour replanter des arbres avec les enfants de la commune choisie. Mamie Chaussette est le témoin de France Bleu Gascogne ce lundi matin. Elle répond à Stéphanie Hildenbrandt.

France Bleu Gascogne : En 2009, vous connaissiez à peine les Landes. Pourtant, vous allez vous mobiliser pour ce département. Qu'est-ce qui vous a touchée ?

Mamie Chaussette : C'est vrai, je ne connaissais pas les Landes, je ne savais même pas où c'était. D'ailleurs, il a fallu qu'on prenne une carte pour fixer les Landes, avec mes petits-enfants, et c'est là que j'ai vu que c'était si loin mais surtout que c'était si grand ! J'ai été sensibilisée par l'intervention de la télévision, où un maire, de la commune Trensacq, pleurait à la télévision, en expliquant que cela faisait plus de 40 ans qu'il travaillait dans la forêt et que tout était cassé, tout était détruit, et me suis sentie touchée. Je me suis dit, on fait des associations, on fait des gestes dans les pays au bout du monde, on récolte des fonds, on nous dit qu'on a fait des choses mais on n'a pas de preuve ! Moi, j'aime bien dire ce que je fais, faire ce que je dis... Après tout, les Landes c'est loin, c'est à 800 kilomètres de Dijon, mais c'est la France. Il fallait aider ces Landais.

Vous décidez de repeupler la forêt landaise. Et vous faites du porte à porte pour trouver des écoles qui accueilleront pour replanter des arbres

On a fabriqué des petites enveloppes, mis ces enveloppes dans les maisons de retraite et on a décidé de trouver un euro. Le slogan qu'on a créé c'est : "Un enfant, un euro, un arbre". 

Combien d'arbres avez-vous replanté en dix ans ?

Plus de 100.000... Nous repartons au mois de mars, à nouveau, sur la commune de Herm. On va en planter encore 20.000... On a refait l'allée centrale du parc Jean Rameau, à Mont-de-Marsan : 74 tilleuls dans cette belle allée. Aujourd'hui, c'est magnifique parce que quand je vais dans les Landes et que je peux aller marcher dans cette allée, où je vois les bébés se promener dans les landaus ou les gens courir, je me dis cette allée, j'y ai mis mon empreinte et toujours, toujours avec les écoles, toujours avec les enfants. ce sont eux qui sont les acteurs de nos projets. Il faut leur dire aux enfants l'impact qu'a cette forêt pour nous. 

Votre mission, un jour, elle sera terminée ?

Je ne sais pas, parce que je viens d'avoir un gros problème de santé. Je viens de passer trois mois dans le coma. Tout le monde à l'hôpital me disait : « C'est terminé Mamie Chaussette, on arrête. » « Non ! On n'arrête pas ! » Et je suis repartie. Je repars à Herm et puis l'année prochaine j'ai besoin encore d'un nouveau terrain. Mes partenaires me suivent encore, "Action pins" est toujours là. Je fais un appel, si une commune a besoin encore de finir un petit bout de forêt, à replanter, parce qu'elle n'a pas les budgets, dites-le moi ! Je suis partante, j'ai encore un peu de tonus et je suis vivante avec vous, avec cette action. 

La tempête Klaus, 10 ans après. Rendez-vous jeudi pour une matinale spéciale sur France Bleu Gascogne, avec vos témoignages en direct.