Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 78 départements en vigilance orange
Climat – Environnement

Toulon va devenir le premier port de Méditerranée à électrifier tous ses quais

-
Par , France Bleu Provence

Le port de Toulon va devenir le premier en Méditerranée à électrifier tous ses quais afin de lutter contre la pollution émise actuellement par les bateaux de Corsica Ferries. Un enjeu majeur en terme de santé publique.

Le Méga express Three dans le port de Toulon
Le Méga express Three dans le port de Toulon © Radio France - Christelle Marquès

Toulon, France

Le projet d'électrification des trois quais du port de Toulon, afin de lutter contre la pollution émise par les bateaux de la Corsica Ferries en escale longue, est sur les rails. L'annonce a été faite ce mercredi à bord du Méga express three, un bateau de la compagnie en présence de Pierre Mattéi, le directeur général de Corsica Ferries, d'Hubert Falco, le président de la Métropole Toulon Provence Méditerranée, et Jacques Bianchi, le Président de la chambre de commerce et d'industrie du Var. En contre-partie, la compagnie maritime s'engage à adapter les huit bateaux qui effectuent des escales à Toulon.

Toulon est le premier port de Méditerranée en terme d'escales pour Corsica Ferries, 1.100 par an. Chaque année, c'est 1,5 million de passagers qui embarquent à Toulon à bord d'un navire de la compagnie. Cela représente des retombées économiques indéniables : 35 millions d'euros annuellement. Mais cela engendre aussi une pollution atmosphérique conséquente. Le problème se pose en effet pour les bateaux qui restent à quai entre 11h et 14h. C'est quasiment la moitié des escales, le reste étant des navires qui restent moins de 3h et qui n'ont pas besoin de se brancher à quai pour faire fonctionner leurs équipements. Cela représente 6.500h (sur les 7500 h d'escales par an) pendant lesquelles, les navires sont obligés de faire tourner des groupes électrogènes au gasoil afin d'assurer la continuité de leurs équipements à bord. Les Toulonnais sont donc contraints de subir ces nuages noirs qui s'échappent des cheminées des bateaux à quai.

"85% des émissions seront supprimées", Hubert Falco, président de la métropole

Avec ce projet d'électrification des trois quais du port, ce sont donc 85% des émissions qui seront supprimées. "Jusqu'à présent, techniquement, ça n'était pas possible, mais Enedis nous a donné son feu vert le 5 février. Nous pouvons donc aujourd'hui nous engager sur cette voie, et Toulon sera le 1er port de la Méditerranée à équiper tous ses quais d'un système compatible avec tous les navires" se satisfait Hubert Falco, le Président de la Métropole Toulon Provence Méditerranée. Reste une interrogation sur la fréquence hertzienne. En effet, les bateaux de Corsica ferries fonctionnent sur du 50 Hz ou du 60 Hz.

Or s'il n'y a pas de difficulté pour acheminer la première fréquence, c'est un peu plus compliqué pour la seconde. "Nous travaillons à rechercher des solutions qui pourraient être soit de transformer le courant pour arriver à la bonne fréquence, soit de fonctionner avec une pile à combustible à hydrogène qui fournirait directement du 60 Hz. Cette dernière solution serait totalement innovante" argumente Jérôme Giraud, le directeur des ports. Quoiqu'il en soit, à la fin de l'année, une première expérimentation sera lancée. L'objectif étant que pour l'automne 2020, tout soit complêtement prêt. L'investissement est de taille : entre 6 et 7 millions d'euros pour la Métropole et la Chambre de commerce et d'industrie du Var.

De son côté, Corsica Ferries devrait investir dans les mêmes proportions afin d'adapter ses bateaux. "Nous avons toujours dit que nous ferions les investissements quand les ports s'engageraient" commente Pierre Mattéi. D'autant qu'avec la mise en application de la convention Marpol en janvier 2020, "les armateurs utiliseront un carburant bien moins polluant que celui qui est utilisé aujourd'hui. Ces armateurs auront donc toutes les solutions pour limiter les pollutions liées cette fois à la propulsion" poursuit le directeur général de Corsica ferries.  

"Faire de l'exemplarité de Toulon un modèle", Pierre Mattéi, DG de Corsica ferries

Alerté par ses administrés, gênés par les fumées noires des bateaux, Hubert Falco dit avoir entendu leurs préoccupations. "Je suis responsable, et il est indispensable d'avoir un plan de réduction des émissions maritimes. Ces quais seront aussi accessibles aux autres bateaux" souligne t-il. Toulon est exemplaire à ce titre. "Ce que nous espérons faire , c'est créer un standard toulonnais pour que la solution toulonnaise soit exportée ailleurs" conclut Pierre Mattéi qui s'est engagé à équiper tous ses bateaux d'ici deux ans.

Hubert Falco entouré de Jacques Bianchi (à gauche) et de Pierre Mattéi (à droite) - Radio France
Hubert Falco entouré de Jacques Bianchi (à gauche) et de Pierre Mattéi (à droite) © Radio France - Christelle Marquès