Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Toulouse : le projet de crematorium de Seysses est suspendu mais pas abandonné

mardi 1 décembre 2015 à 19:47 Par Julien Laignez, France Bleu Occitanie

Après des mois de mobilisation, les riverains ne sont qu'à moitié rassurés : le projet devrait être reporté, au plus tôt, à janvier 2017 pour des raisons techniques et administratives. Le rapport du commissaire enquêteur est attendu dans un mois.

Lorena Saldarriaga maraîchère à Seysses
Lorena Saldarriaga maraîchère à Seysses © Radio France - Julien Laignez

Seysses, France

Il y a un manque de crematoriums en Haute-Garonne mais il y a aussi des opposants très déterminés lorsqu'un projet voit le jour. 

A Seysses au sud de Toulouse un projet déchaîne les passions depuis des mois dans le secteur du chemin du Massone, très préservé, rural et maraîcher. Une pétition a réuni - selon les opposants - 600 signatures contre le futur deuxième crématorium de Haute-Garonne,  dont le but est de désengorger celui de Cornebarrieu. Le projet porté par le SIVOM de la Saudrune est aujourd'hui suspendu à l'avis du commissaire enquêteur dont les conclusions sont attendues dans environ un mois.

"Est-ce que l'on est prêt à sacrifier des riverains et des agriculteurs ? pourquoi installer ce crematorium dans une zone rurale ? c'est la question."

— Laura maraîchère bio à Seysses. 

Les riverains dénoncent des très gros travaux et l'intensification du trafic. Mais aussi des risques de pollution émanant de gaz contenus dans les fumées, notamment des quantités de mercure qui pourraient en particulier contaminer la chaîne alimentaire. Lorena Saldarriaga est maraîchère bio à Seysses. Ses fruits et légumes en plein air sont situés à 500 mètres du site retenu pour le crematorium.

L'inquiétude d'une maraîchère seyssoise face au projet de crématorium

Le chemin du Massone c'est un petit paradis. Des belles maisons avec jardin potager, des moutons, il y a même un élevage de daims et un local pour les réunions  des chasseurs seyssois. 

C'est à cet endroit que le SIVOM ( syndicat intercommunal qui gère notamment l'assainissement, l' eau potable et la collecte des déchets verts) possède un terrain de trois hectares où il compte implanter le deuxième crématorium de Haute-Garonne.  Le président de l'association Seysses environnement Alain Tiquet ne dénonce pas le projet mais sa localisation. 

Les riverains ne sont pas encore tout à fait rassurés

Le maire de Seysses Alain Pace annonce que le projet n'est pas abandonné mais reporté pour des raisons techniques. Il se trouve qu'un crématorium n'est pas considéré comme un équipement technique ( comme pourrait l'être une station d'épuration) , et que toute implantation nécessite une modification du Schéma de Cohérence Territoriale ce qui ne pourra se faire qu' à partir du 1er janvier 2017. Face à la mobilisation des riverains l'élu  évoque un manque d'informations, révélateur de l'acronyme britannique NIMBY,  "not in my backyard" ("pas dans mon arrière-cour").

Alain Pace maire de Seysses

Dans un tract intitulé  "Crematorium de Seysses, suite et fin" distribué depuis le début de la semaine, le collectif d'opposants affirme que "la voix de la sagesse et du bon sens a enfin été entendue". Le maire de Frouzins et président du SIVOM de la Saudrune Alain Bertrand, contacté par France Bleu Toulouse, n' a pas donné suite à nos demandes d'entretien.