Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

A Tours, le vrac se développe et devient une vraie alternative aux emballages

-
Par , France Bleu Touraine

Le gouvernement s'attaque aux emballages plastiques. Il présente un projet de loi ce mercredi 10 juillet en conseil des ministres. Il encourage la mise en place de la consigne et du vrac, un système qui à Tours apparaît comme une vraie alternative.

Lucie, 27 ans, est une habituée de la vente en vrac
Lucie, 27 ans, est une habituée de la vente en vrac © Radio France - Julien Penot

Tours, France

La chasse aux gaspillage est lancée par le gouvernement avec un projet de loi présenté ce mercredi 10 juillet en conseil des ministres. Lucie, 27 ans, agit déjà à son échelle. Sac en tissu à la main, la jeune femme choisit ses pâtes dans de grands réservoirs verticaux. Une vente en vrac, avec le prix au kilos, qui lui permet de se passer de tout emballage. "On sait que c'est nocif pour l'environnement, que même si on dit que c'est recyclé, très peu le sont au final", déclare la jeune femme devant les petits silos remplis de céréales. Un choix de consommation qui va dans le sens des ambitions de Brune Poirson. 

La secrétaire d'Etat à la transition écologique veut réduire la production de déchets en France. Parmi les mesures annoncées : lutter contre la destruction des produits consommables, encourager une économie circulaire, responsabiliser les entreprises sur la gestion de leurs déchets ou encore renforcer le principe du "pollueur-payeur"... A l'échelle du consommateur, la vente en vrac est une manière de participer à la réduction des déchets.

Diminuer le gaspillage  

Dans ce magasin Biocoop, il existe plus de 200 références vendues en vrac  - Radio France
Dans ce magasin Biocoop, il existe plus de 200 références vendues en vrac © Radio France - Julien Penot

Du riz, des amandes, des graines... La vente en vrac s'est développée vitesse grand "V" en France. A tel point que le pays est le leader mondial avec 160 épiceries ouvertes l'année dernière. Le concept permet d'éviter beaucoup de gaspillage décrit Vincent, responsable du rayon vrac : "Si vous prenez un sachet de farine d'un kilo, vous avez besoin de 100 grammes. Il va rester dans le placard des mois et des mois et vous allez jamais l'utiliser". Un constat partagé par beaucoup de clients qui font leurs courses sur mesures. Recette à la main, ils ne prennent que le strict nécessaire. 

Les produits cosmétiques et d'hygiènes concernés

Au total, le vrac concerne 30% des ventes du magasin, dont 15% pour le rayon alimentaire. Et le concept commence à toucher d'autres rayons, non alimentaires. "La lessive, le shampoing, le savon... De plus en plus de choses, on va même jusqu'aux croquettes pour chien", rigole Christophe Fertré, gérant de deux magasins Biocoop en Indre-et-Loire. 

Un distributeur de shampoing : un produit de plus en plus concerné par la vente en vrac.  - Radio France
Un distributeur de shampoing : un produit de plus en plus concerné par la vente en vrac. © Radio France - Julien Penot

Une toute nouvelle machine a été installée pour permettre aux consommateurs de faire le plein de lessive. Un succès. Dans ce magasin au nord de Tours, 940 bidons de trois litres ont été écoulés l'année dernière. Seul bémol, l'installation demande plus de travail d'entretien pour les vendeurs et la composition des produits doit obligatoirement figurer sur le contenant.