Climat – Environnement

Très dépendante en électricité, la Bretagne se prépare à la vague de froid

Par Eric Bouvet, France Bleu Armorique mardi 17 janvier 2017 à 10:43

La Bretagne va "importer" beaucoup d'électricité dans les prochains jours
La Bretagne va "importer" beaucoup d'électricité dans les prochains jours © Maxppp - Olivier Boitet

La Bretagne, qui ne produit qu'environ 10% de l'électricité qu'elle consomme, mise beaucoup sur les économies d'énergie pour passer la vague de froid et préparer les prochaines années.

-6° vendredi, ça va chauffer !

Même si la Bretagne n'aura pas aussi froid que l'est de la France, notre région va néanmoins subir la vague de froid cette semaine. Sébastien Decaux, le spécialiste météo de France Bleu Armorique, prévoit jusqu'à -6° voire -7° en Bretagne, vendredi matin. La consommation électrique pour le chauffage devrait donc augmenter. Le gestionnaire du réseau de transport d'électricité RTE assure que les besoins en France seraient assurés ce mardi, mais qu'il pourrait être amené à déclencher des mesures exceptionnelles mercredi. D'où les appels à des économies d'énergie lancés par l'ADEME Bretagne.

L'intégralité de l'interview de Gilles Petitjean, le directeur de l'ADEME Bretagne

10% d'électricité produits en Bretagne

À travers le Pacte Électrique Breton, porté notamment par l'État et la Région, la part produite par les énergies renouvelables augmente. Mais la Bretagne, qui a refusé le nucléaire dans les années 80, reste encore très dépendante des autres régions. La part d'électricité produite en Bretagne ne représente qu'un peu plus de "10% de la consommation". Si la France achète de l'électricité en Irlande ou en Allemagne, la Bretagne dépend beaucoup des centrales de Cordemais (44) et Flamanville (50). Par ailleurs, notre région est tout "au bout des réseaux", selon Gilles Petitjean, d'où l'intérêt de montrer l'exemple en matière d'économies d'énergie.

Initié en Bretagne en 2008 et étendu aux autres régions, le dispositif est relancé cette année - Aucun(e)
Initié en Bretagne en 2008 et étendu aux autres régions, le dispositif est relancé cette année - RTE

Écowatt pour passer les pics de consommation

Les pics de consommation en Bretagne, de l'ordre de 4000 à 5000 MW ("4 à 5 centrales nucléaires" selon Gilles Petitjean), sont surtout liés au chauffage électrique. L'idée d'Écowatt est de demander à ses 60000 ménages abonnés de moins consommer lors de ces pics (7h-9h et 18h20h), en lançant des alertes par mails ou SMS. Guy et Marcelle André, un couple de retraités de Coësmes (35) ont abonnés à Écowatt et adoptent les gestes qui font économiser.

Le reportage de Fanny Beaurel

2 à 3% d'électricité économisés

Lors de la dernière grande vague de froid en février 2012, 7 alertes ont été lancées par RTE. Les 45000 abonnés de l'époque ont contribué à passer des pointes de consommation. La réduction de la consommation aurait atteint jusqu’à 2 à 3% aux heures les plus chargées, "l’équivalent de la consommation cumulée des villes de Quimper, Saint-Malo et Vannes", selon RTE.