Climat – Environnement DOSSIER : L'actu de la mer

Trois biologistes rochelais de Pelagis autopsient le cachalot échoué en Gironde

Par Charlotte Jousserand et Catherine Berchadsky, France Bleu La Rochelle vendredi 21 avril 2017 à 18:39

Il a fallu deux jours pour remorquer l'animal jusqu'au port d'Arcachon en Gironde
Il a fallu deux jours pour remorquer l'animal jusqu'au port d'Arcachon en Gironde - TVBA, La télévision du Bassin d'Arcachon

Trois biologistes rochelais du centre de recherche Pelagis sont en Gironde ce vendredi pour autopsier le cachalot qui s'est échoué en face de la Dune du Pilat. Ils vont essayer de déterminer les causes de la mort du cétacé.

Les trois biologistes du centre de recherche Pelagis de la Rochelle sont partis ce vendredi matin pour autopsier le cachalot échoué jeudi soir sur les côtes girondines. L'animal de 15 tonnes et qui mesure au moins 12 mètres de long, selon le centre de recherche rochelais, s'est échoué mercredi soir en face de la dune du Pilat, sur le banc d'Arguin. Selon le biologiste de Pelagis Olivier Van-Canneyt, du centre de recherche, il a fallu "deux jours pour remorquer l'animal" jusqu'au port d'Arcachon.

Le cachalot est un mâle et son cadavre en bon état va permettre aux biologistes rochelais de faire des prélèvements poussés. Selon Olivier Van-Canneyt : "Ce qui est assez rare c'est que l'animal est très frais, soit il est mort peu de temps avant son échouage, soit il s'est échoué vivant sur le banc de sable. Cela va permettre de faire un examen assez intéressant car l'animal est bon état".

Olivier Van-Canneyt, biologiste à Pelagis : "Les animaux en quête de nourriture peuvent se faire piéger près des côtes par la topographie des lieux"

Au moins un échouage par an de cachalot sur les côtes de la Gironde et des Landes

Selon le biologiste de Pelagis, il arrive que les cachalots se fassent "piéger par la topographie des lieux" car ils sont "en quête de nourriture et ils peuvent se rapprocher des côtes". Olivier Van-Canneyt rappelle qu'en 2001, "trois cachalots se sont échoués vivants à Mimizan dans les Landes et c'était purement un accident. Ce sont des animaux qui sont venus très près des côtes et qui sont venus s'échouer dans une baïne".