Climat – Environnement DOSSIER : L'actu de la mer

Trois îles au large du Finistère se lancent dans les énergies 100% renouvelables

Par Mikaël Roparz, France Bleu mercredi 7 septembre 2016 à 17:05

L'île de Sein
L'île de Sein © Radio France - Mikaël Roparz

Molène, Ouessant et Sein, ne sont pas raccordées au réseau électrique depuis le continent. Ces îles situées au large du Finistère se lancent dans un ambitieux programme de transition énergétique avec l'objectif d'être alimentées en énergies 100% renouvelables d'ici 2030.

L’île de Sein. Ce petit bout de rocher posé au large de la pointe du Raz abrite 120 personnes l’hiver. Ici les ruelles sont étroites, conçues pour résister aux tempêtes. Depuis plusieurs mois les Sénans se battent pour se passer du fioul nécessaire au fonctionnement des groupes électrogènes de l’île. Ils veulent les remplacer par des énergies renouvelables. Tous les ans, les moteurs situés à l'autre bout de l'île brûlent 420.000 litres de fioul.

Les groupes électrogènes, au fioul, alimentent l’île en électricité. Les moteurs sont installés au pied du phare de Sein - Radio France
Les groupes électrogènes, au fioul, alimentent l’île en électricité. Les moteurs sont installés au pied du phare de Sein © Radio France - Mikaël Roparz

Comme Sein, Molène est aussi alimentée par une centrale au fioul, tandis qu'Ouessant bénéficie d'un mix énergétique fioul et énergies renouvelables grâce à l'hydrolienne de la PME Sabella. La machine avait été immergée à 50 mètres fond avant l'été 2015. L'énergie produite avait commencé à être injectée sur le réseau ouessantin à partir du 5 novembre. Suite à un problème technique, l'hydrolienne a été sortie de l'eau et ramenée à Brest l'été dernier. Elle sera à nouveau immergée dans le second plus fort courant marin du littoral français cet automne. La PME finistérienne prévoit à terme l'implantation d'une ferme pilote dans le courant du Fromveur.

Immersion de l'hydrolienne au large d'Ouessant - Aucun(e)
Immersion de l'hydrolienne au large d'Ouessant - Sabella

Les trois îles prévoient également d'installer des éoliennes et des panneaux photovoltaïques, d'améliorer les performances énergétiques du bâti existant, de moderniser l'éclairage public, de réduire les consommations d'énergie dans l'habitat privé, d'installer des bornes de recharge autonomes pour les véhicules électriques, ou encore de promouvoir l'élevage des poules pour réduire la part des déchets dans les ordures ménagères.

A l'horizon 2030, Ouessant, Molène et Sein visent un objectif de production de 100% d'énergies renouvelables. "Bientôt à Ouessant il faudra coller les horaires des marées sur les machines à laver", s'amuse le maire d'Ouessant Denis Palluel, également président de l'Association des îles du Ponant.

A l’île de Sein déjà, on est habitué à préserver l’environnement. Depuis 2003, c’est la seule commune de France à pratiquer le dessalement de l’eau de mer.