Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement
Dossier : Le tunnel du Chambon

Tunnel du Chambon : ils ont envisagé de détruire la montagne à coups de missile

-
Par , France Bleu Isère

Depuis le mois d’avril le tunnel du Chambon, entre l’Isère et les Hautes-Alpes, est bloqué à cause du risque d’effondrement. Un glissement de terrain situé au-dessus a interrompu les travaux. Plusieurs solutions ont été envisagées pour accélérer les choses, notamment l’envoi de missiles.

Rafale en vol devant une montagne (Illustration)
Rafale en vol devant une montagne (Illustration) © Maxppp

Bientôt trois mois que le tunnel du Chambon, sur la RD 1091, dans l’Oisans, est fermé. Le risque d’effondrement qui pèse sur l’ouvrage interdit le passage des voitures depuis le mois d'avril 2015.

Pendant plus d’un mois et demi les riverains ont pu passer de l’autre côté du lac voisin au moyen de barges. Mais fin juin, un risque de glissement de terrain a été annoncé. Résultat : la montagne, située au-dessus pourrait s’écrouler sur le tunnel. Des fragilités dans la roche, qui depuis plusieurs semaines déjà empêchent le chantier de reconstruction de la voûte de se dérouler dans de bonnes conditions. Le Tour de France 2015 a aussi changé son itinéraire. L'avant dernier étape de la Grande boucle 2015 devait passer par le tunnel pour rejoindre l'Alpe-d'Huez.

Effondrement sous quinze jours

Selon les estimations du géologue du conseil départemental, la montagne pourrait s’effondrer sous quinze jours. "C’est une question de jour ou de semaines. On arrive à une convergence d’indices qui assure une rupture à court terme" , assure Valentin le Bidan, expert du département. D’autant que le phénomène est d’une certaine ampleur. Le volume de roche estimé représente plusieurs de 600.000 à un million de mètres cubes. De plus, l’évolution du mouvement de la roche est extrêmement rapide : en une semaine, la vitesse de déplacement de la roche a augmenté de 20 centimètres par jour, elle est passée de 15 à 35 centimètres par jour.

Le 24 avril, le déplacement était de l’ordre de 10 centimètres par jour. Aujourd’hui, aucune intervention n’est possible dans le tunnel. Tous les travaux sont interrompus car les mouvements trop importants de la roche empêchent la présence des ouvriers.

Plusieurs solutions envisagées pour accélérer le processus

Selon nos informations, dans les différentes réunions de travail, plusieurs solutions ont été envisagées pour accélérer le processus du glissement de terrain. Une purge hydraulique, l’emploi d’explosifs comme c’est parfois le cas dans ces situations et même l’intervention d’avions de l’armée de l’air ! Le scénario envisagé était le tir d’un missile air-sol sur le site du Chambon. Une solution qui n’a pas été retenue.

"Elle a fait partie des solutions qui ont été évoquées lors des 'brainstormings'. Mais on a aussi le souci de ne pas aggraver le désordre… On a un glissement que l’on connait peu et qui évolue très vite. Ce sont aussi des solutions dont on a du mal à maîtriser les conséquences, notamment pour les riverains et les ouvriers. Sachant que l’on a un faisceau d’indices qui indique que la rupture est proche" explique l’expert du Conseil départemental. Même s’il ne faut, selon lui "ne se priver de rien, d’aucune proposition !" . Aujourd’hui, la montagne semble avoir pris de vitesse toute autre intervention humaine.

→ DOSSIER - Le tunnel du Chambon

À lire aussi

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu