Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Dans les Landes, un arrêté préfectoral autorise la reprise des travaux de dragage du lac d'Hossegor

vendredi 18 janvier 2019 à 20:32 Par Marie Roussel, France Bleu Gascogne

Les travaux de désensablement du lac d'Hossegor reprennent dès lundi 21 janvier. Un arrêt complémentaire pris par la préfecture des Landes met donc fin à la suspension du chantier décidé en référé le 20 décembre dernier par le tribunal administratif de Pau.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Radio France - Paul Ferrier

Hossegor, France

Les engins de chantiers, qui dormaient depuis un mois sur le lac d'Hossegor, dans les Landes, vont être remis en service dès lundi 21 janvier. En effet, un arrêté préfectoral complémentaire autorise la reprise des travaux de désensablement, suspendu par le tribunal administratif de Pau le 20 décembre dernier. 

Que dit cet arrêté complémentaire ? 

Les services de l'Etat donnent leur feu vert tout en imposant au porteur du projet, la communauté de communes Maremne Adour Côte Sud (MACS), de prendre des mesures complémentaires. Le sable doit être analysé sur le site de pompage tous les 10 000 m3, et des analyses d'eau doivent également être menées à la fois dans le lac d'Hossegor et sur la plage de Santocha. "Si les analyses sont mauvaises, on arrête le chantier... Ou en tout cas on ne sort pas le sable du lac", assure le président de la MACS Pierre Froustey.  "J'espère que ces mesures satisferont le juge, si jamais il y a un recours là-dessus", veut-il croire. Car en effet, même si Pierre Froustey "ne le souhaite pas", il s'attend à ce que les associations de défense de l'environnement saisissent la justice. 

On assiste à un bidouillage juridique"- Sylvie Brossard.

"Le feuilleton continue", déplore la porte-parole de la SEPANSO Sylvie Brossard. "Ce n'est pas parce qu'on va faire des tests ou quoi que tout va être réglé. On assiste à un véritable bidouillage juridique." L'écologiste dénonce une reprise des travaux illégale. "Un arrêt complémentaire, c'est une modification, mais qui n'a en aucun pour conséquence de mettre un terme à la suspension décidée par un juge en référé. Prendre un arrêté complémentaire sur une autorisation suspendue : ce n'est pas possible." 

Dès que la SEPANSO aura pris connaissance de l'arrêté préfectoral, elle compte se rapprocher du juge des référés.