Climat – Environnement

Un bateau pour restaurer le phare de Tévennec au large du Finistère

Par Mikaël Roparz, France Bleu vendredi 4 avril 2014 à 22:05

Le phare de Tévennec dans le Finistère
Le phare de Tévennec dans le Finistère © SNPB

La Société nationale pour le Patrimoine des Phares et Balises qui se bat depuis des années pour sauver les phares en mer lance un appel aux dons pour acheter un bateau afin de restaurer le phare de Tévennec dans le Finistère.

Le phare de Tévennec est posé sur un petit rocher noir où bouillonne le puissant courant du raz de Sein. Le phare est constitué d'une modeste bâtisse avec un petit logement et une tour coiffée d'une lanterne. Seule une colonie de farouches cormorans vit ici. C'est la seule maison phare en mer. Ce lieu unique a toujours eu la réputation d'être maudit. Naufrages, maladies, folie et même fantômes... En 35 ans, 23 gardiens dont quatre femmes se sont succédé dans ce phare. Plus personne ne voulait y vivre. C'est la raison pour laquelle les Phares et Balises n'ont pas eu d'autres choix que d'automatiser la lanterne. C'était en 1910 !

Seulement voilà, au fil des années et des assauts répétés de la houle et des tempêtes, ce phare s'est dégradé. En 2011, l'État autorise la Société nationale pour le Patrimoine des Phares et Balises (SNPB) à lancer la restauration du phare de Tévennec en signant avec l'association la première autorisation d'occupation d'un phare en mer pour une durée de 10 ans renouvelable. C'est une première nationale. 

De l'humidité dans le phare de Tévennec
Mais pour restaurer complètement ce bijou du patrimoine maritime, Marc Pointud, l'enthousiate président de la Société nationale du patrimoine des phares et balises a besoin d'argent. Il lance un appel aux dons sur MyMajorCompany, le premier site de financement participatif de France. Son but : acquerir son propre bateau pour transporter jusqu'au phare matériaux et bénévoles. 

Les bénévoles de l'association ont obtenu l'autorisation de transformer le phare en résidence d'artistes. L'association veut notamment réhabiliter les 65 m2 du logement.